Dissolution

Une mini révolution économique et culturelle était en marche et l’amélioration du pouvoir d’achat s’accompagnait d’une évolution du mode de vie et d’un changement irréversible des comportements.

Notre ambitieux postier était devenu maire. Il avait signé la réalisation de vastes travaux d’aménagements. Du service d’eau en passant par la réfection des trottoirs, toutes les artères du village étaient en chantier. La municipalité avait également décidé d’aménager les abords de l’étang. C’est le regard un peu triste que j’avais assisté au défrichage de ce coin de terres sauvages, témoin de quelques moments heureux de ma vie. La destruction du calvaire et par enchaînement la suppression des processions de la fête Dieu, achevèrent de bouleverser nos us et coutumes, et clôturèrent par la même occasion cette série de mutations décidées par notre magistrat.

A présent le club de football qui s’était largement développé, recrutait ses joueurs parmi les jeunes générations. L’engouement que suscitait la pratique de ce sport national, détournait la plupart d’entre nous de nos occupations initiales, et j’assistais à le dissolution lente mais progressive de notre petit groupe de fidèles.

Volontairement j’avais choisi de ne pas faire comme les autres, car une activité collective et encadrée, nécessitant implications et obligations, ne collait pas avec une personnalité aussi réservée et solitaire que la mienne. Rien n’était plus précieux pour moi que ma liberté, mais cette liberté avait un prix qui impliquait une certaine forme de marginalisation. Tous les efforts d’intégration que j’avais pu consentir, à un moment donné, étaient réduis à néant. La nature avait fait de moi un individu profondément différent, dans un monde hostile aux minorités, et il n’y avait pas d’autres solutions que de subir à défaut de pouvoir s’assimiler.

Un chapitre entier de mon histoire s’achevait en laissant dans ma mémoire les souvenirs indélébiles d’une philosophie de vie qu’aucune société de consommation n’était en mesure d’acheter. L’isolement n’était pas quelque chose qui me faisait peur, je retrouvais dans mes longs moments de silence, les bienfaits d’une paix intérieure qui étaient une nourriture nécessaire à l’équilibre bien fragile de mon esprit.

A méditer :

Il faut, à certaines heures, que l’homme soucieux, anxieux, tourmenté se retire dans la solitude et qu’il ouvre un livre pour y chercher un principe d’intérêt, un thème de divertissement, une raison de réconfort et d’oubli.

Georges Duhamel

Tu peux, à l’heure que tu veux, te retirer en toi même. Nulle retraite n’est plus tranquille ni moins troublée que celle qu’il trouve en son âme.

Marc Aurèle

La plus grande chose du monde est pouvoir être soi.

Montaigne

Oh la la la vie en rose
Le rose qu’on nous propose
D’avoir les quantités d’choses
Qui donnent envie d’autre chose
Aïe, on nous fait croire
Que le bonheur c’est d’avoir
De l’avoir plein nos armoires
Dérisions de nous dérisoires car

Foule sentimentale
On a soif d’idéal
Attirée par les étoiles, les voiles
Que des choses pas commerciales
Foule sentimentale
Il faut voir comme on nous parle
Comme on nous parle
Alain Souchon



WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie