Les démons de mes nuits

J’avais terminé mes années collège, des idées plein la tête pour occuper la période estivale qui commençait. A présent mon esprit troublé par les évènements, m’interdisait de penser. L’incertitude de l’avenir avait réveillé en moi des vieux démons qui hantaient mes nuits et mes crises d’angoisses s’étaient de nouveau manifestées.

J’étais dans ces moments là, habité par la souffrance, comme on est habité par le diable.

Entièrement obsédé par la maladie, je m’imaginais atteint de telle ou telle pathologie, m’interdisant de ce fait un sommeil réparateur. Je restais très souvent des heures entières assis sur le rebord de mon lit, le front perlant de sueurs, en essayant d’apaiser des palpitations cardiaques, causées par un de ces vilains cauchemars qui me faisaient me réveiller en sursaut. J’étais comme un petit enfant extrêmement vulnérable et il ne me restait que mon aïeule pour me consoler, non pas par des paroles, mais simplement par sa présence rassurante, et c’est en dernier recours que j’allais me glisser dans ses draps pour me blottir auprès d’elle, avant que la folie ne me rattrape.

Je connaissais un moyen d’échapper à ce terrible enfer, la prière n’ayant plus chez moi l’effet de réconfort escompté.

Je me battais depuis longtemps contre moi-même pour fuir cette solitude que j’aimais tellement mais qui à haute dose était aussi une prison néfaste à mon équilibre. Il fallait donc rompre avec cette mauvaise habitude et malgré mes réticences à affronter les regards et la compassion des autres, je me devais de partir en vacances, comme il était prévu de longue date.

Extrait de mes mémoires

Comme l’année précédente, des vacances au bénéfice de l’adolescence défavorisée, étaient organisées, par l’association des familles. Lors de mon inscription, qui datait du moi d’avril, il avait été précisé que le séjour s’effectuerait dans les Pyrénées Atlantiques. Malgré le deuil qui me frappait, j’avais décidé de ne pas remettre en cause ma participation à cette quinzaine de jours de détente, loin des soucis et des tracasseries du quotidien.

Nous avions piqué nos guitounes à proximité d’une grange désaffectée, sur un espace de verdure prêté par le municipalité du petit village, dans lequel nous allions passer notre séjour. Notre emploi du temps était établi sur le même principe que celui des années antérieures. Nous alternions périodes de randonnées, périodes d’ateliers créations, périodes de visites découvertes. Nos soirées se terminaient souvent par une veillée autour d’un feu de camp avec guitare sèche et chants collectifs.

La nostalgie de ma vie passée et l’incertitude de l’avenir m’avaient rendu mélancolique et j’avais beaucoup de mal à me débarrasser d’une certaine anxiété, bien que mes camarades rivalisaient en ingéniosité d’esprit pour rendre à ma jeunesse, le sourire et la joie de vivre auxquelles elle pouvait prétendre.

J’écrivais des lettres à ma grand-mère le plus souvent possible bien qu’elle ne soit pas restée toute seule, car nous avions adopté un chien, la semaine qui avait suivi la disparition de mon procréateur.

Mon père étant décédé l’année de mes seize ans, le conseil de famille dut se réunir auprès du tribunal d’instance de Cholet pour désigner un tuteur légal qui se substituerait à l’autorité parentale défaillante. Mes oncles et mes tantes ainsi que ma grand-mère composèrent ce conseil. Il fut décidé que mon aïeule deviendrait responsable de mon éducation, elle aurait également le devoir de subvenir à mes besoins. François, le frère de maman, aurait la charge en tant que cotuteur, de surveiller au bon fonctionnement des mesures adoptées. L’état m’accordait une pension d’orphelin de trois cent francs par trimestre jusqu’à ma majorité, et me dispensait du paiement de la cantine scolaire. Tout ceci n’était que théorique, car dans la pratique en dehors de la somme modique versée par l’état, il me fallait bien continuer à vivre en essayant de n’ importuner personne.

C’est dans ce contexte que je repris le chemin des cours à la rentrée de septembre en classe de seconde au lycée. Je continuais à faire le voyage en car lorsque la météo était incertaine, mais par soucis de liberté, j’utilisais de plus en plus ma motocyclette lorsque qu’il n’avait pas été prévu d’intempéries. Ma troisième vie petit à petit se mettait en place.



Laisser un commentaire

WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie