Sorties nocturnes

Le combat que je menais depuis toujours, et qui m’imposait de fréquenter une société dans laquelle je ne me reconnaissais pas, entretenait en moi une sorte de malaise. Il faut dire que j’étais constamment intimidé en communauté et cet effort permanent, qui me faisait singer d’une manière fortement maladroite, ce que je n’étais pas vraiment, m’épuisait de telle sorte que mon désir de couper les ponts s’amplifiait au fil du temps. Vouloir disparaître dans l’anonymat des foules était dans mon esprit une ambition réjouissante en cette période excessivement difficile de ma vie. Secrètement enfouie dans un coin de mon cœur, ces pensées positives m’aidaient à ne pas rayer le mot espoir de mon dictionnaire.

Je ne reniais pas cette ambiance de petite bourgade dans laquelle j’avais évolué pendant toutes ces années, mais je me sentais de plus en plus étriqué dans cet univers. J’avais le pressentiment de passer à côté de milliers de choses, et j’avais une envie irrésistible de corriger mon ignorance. Ces idées envahissaient ma tête, jusqu’à en devenir une obsession.

Pierre était la seule personne avec laquelle j’entretenais encore une relation d’amitié durable. Sa longue convalescence était terminée et nous allions bientôt pouvoir reprendre nos activités, là ou son accident de chasse les avait quelques peu interrompues. Mais Pierrot n’avait pas à lui seul le pouvoir de combler cette sensation de vide qui me perturbait jusque dans la manière de me comporter. C’est dans ce contexte que je débutais en coulisses de ma vie mes premières escapades nocturnes qui me conduisirent irrémédiablement vers cet inconnu tant convoité.

Extrait de mes mémoires

Dans notre petit village tous nos agissements étaient contrôlés commentés et jugés par une population qui formait une grande communauté, chacun se sentant garant de la morale des autres membres du groupe. Le moindre faux pas était immédiatement repéré et signalé aux familles responsables, aussi devions nous obéir à une règle stricte qui nous limitait aux seules et uniques activités permises et acceptés par la bienséance. Pendant de trop longues années, je n’avais pas fait autres choses que de partager mon emploi du temps entre l’école, la messe dominicale et les après midi football, j’avais besoin d’élargir mon champ d’action.

Ma décision était prise, il fallait que je m’échappe le plus souvent possible de ce enfermement.

J’avais d’abord commencé timidement à arpenter les rues éclairées de la ville. Même si ce n’était pas une grande agglomération, j’appréciais de m’y sentir seul parmi de parfaits inconnus. Puis j’avais ensuite pénétrer pour la première fois à l’intérieur d’un bar de nuit et comme personne ne se préoccupait de mon âge, j’avais pris l’habitude de fréquenter ce même lieu sans y être jamais inquiété.

Ce fut durant l’une de ces nuits, que je fis la connaissance d’un barman tout droit arrivé de la capitale.



Laisser un commentaire

WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie