Décision difficile

Le ciel lumineux de ce début d’été me forçait à cligner des yeux. Gardien de notre mémoire collective, notre petit cimetière écrasé de chaleur était déserté de ses visiteurs. Assis sur la dalle en pierre brûlante d’une tombe avoisinante celle de mes parents, je profitais des bienfaits du soleil pour soulager mon corps endolori par des épreuves sans cesse renouvelées. J’étais posé là au milieu du silence éternel, occupé dans mes prières à confier ma profonde amertume. Les raisons de ma rancœur s’expliquaient par le choix douloureux qu’il m’avait fallu faire au sujet de mon orientation scolaire.

L’année s’était achevée brillamment pour moi et le milieu professoral m’encourageait à poursuivre dans une voie qui ne pouvait plus être la mienne. Deux ans d’études jusqu’au baccalauréat, c’était le délais maximum que je me fixais avant d’entrer dans la vie active. J’avais le besoin viscéral de sortir de cette période de précarité, aussi ce sacrifice me paraissait inéluctable. Passer ce nouvel obstacle et m’affranchir de toute urgence des regrets suscités, tel devait être ma ligne de conduite.

En sonnant les douze coups de midi, l’horloge de l’église me fit sortir de mes pensées. Je devais quitter ce lieu si apaisant pour retrouver le monde des vivants.

La page était donc tournée et comme une note positive au milieu du marasme je songeais désormais à mon prochain job saisonnier qui me procurerait la bouffée d’oxygène dont j’avais expressément besoin.

 

Extrait du livre de mes mémoires

L’année scolaire s’achevait alors que mes résultats n’avaient jamais été aussi bon. J’avais contesté la décision du conseil d’orientation qui me destinait à des études longues de sciences économiques correspondant au bac B de l’époque. J’avais été convoqué par la proviseur auquel j’avais expliqué les raisons de mon refus. Il me fallait en effet terminer rapidement mes études et rentrer au plus vite dans la vie active car j’étais confronté à d’importantes difficultés financières, auxquelles il fallait trouvé une solution. Ce fut avec beaucoup d’amertumes que je choisis de terminer mes années lycée en section G2 comptabilité gestion. Le proviseur n’insista pas pour me faire changer d’avis et me confirma que la prochaine rentrée serait marqué par le déménagement des sections G et B dans les locaux d’un établissement entièrement neuf, car inauguré l’année en cours, le lycée Europe Schuman.

Au mois de juillet, je pus travailler à la Thomson CSF. Cette possibilité me fut offerte par un professeur qui m’avait enseigné les mathématiques l’année de ma troisième. Il avait d’ailleurs assisté à la sépulture de mon père et m’avait garanti après la cérémonie, qu’il m’aiderait à trouver un emploi pour les vacances prochaines. Il avait tenu sa promesse. Cette usine fabriquait des postes de transmissions pour l’armée. Je fus affecté au service archives à faire du classement, travail rébarbatif mais moins harassant et mieux rémunéré que la mise en palettes des parpaings tel que j’avais pu le pratiquer.



WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie