Assuétude

assutude.jpg 

Le chemin de ma vie étant jonché d’entraves de toutes sortes, ce nouveau drame ne faisait que de se rajouter à la longue liste d’épreuves qu’il m’avait fallu traverser depuis ma prime enfance, avec l’assurance d’un héritage de plus en plus fécond en matière de séquelles psychologiques.

Depuis la mort de ma mère, j’occupais mon temps à me reconstruire, mais j’avais à peine passé le stade des fondations, que tout était de nouveau à refaire. Tel un oiseau blessé, il fallait pourtant encore et toujours cicatriser, avant de ne plus pouvoir voler.

Pour l’heure, l’addiction à l’alcool était un sujet qui dépassait largement mes compétences et face à ce problème j’adoptais d’une journée à l’autre, une attitude contradictoire. Il m’arrivait de laisser éclater ma colère en proférant des menaces censées faire peur. Mais ces coups d’éclats n’avaient que peu d’impact, bien au contraire, mon aïeule réagissait en brandissant le chantage affectif, et l’expérience tournait toujours à son avantage. Parfois, j’essayais la manière douce et le résultat n’étant pas plus probant, le découragement et la résignation, gagnaient peu à peu du terrain sur la volonté que j’avais de sortir de cette ornière.

J’avais alors conscience que le défi était bien trop difficile à surmonter et ma solitude devenait grande, mais je n’imaginais pas un seul instant confier mon désarroi à quiconque..

Sombrer dans l’alcool étant considéré comme une forme de lâcheté ou de faiblesse, la peur d’être pointé du doigt était très forte et nous protéger des préjugés restaient pour moi la priorité des priorités.

Je préférais donc garder le secret au prix de mon incroyable souffrance et aussi sans aucun doute de celle de ma grand-mère. Mon obsession à vouloir cacher à tout prix la vérité était telle que je redoutais chaque jour un peu plus les rares visites des quelques proches qui s’intéressaient encore à nous. A des moments importuns de la journée, je n’aurais pas su comment déguiser la vérité.

A cette époque de ma vie je détestais mon existence, et comme j’avais dépassé le stade de la prière, je ne pouvais plus m’adresser à mes parents pour leur faire le reproche de ma naissance.



WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie