L’artisan de mon destin

Alors que depuis ma plus tendre enfance, je ne cheminais qu’à travers des sentiers semés d’embûches et que ma très courte mes très douloureuse expérience de la vie avait forgé ma personnalité de telle sorte que je n’attendais rien de mon environnement, mon itinéraire pris une direction inespérée.

L’artisan de mon futur n’était autre que mon professeur de gestion. Jusqu’alors je n’avais pas eu le sentiment de l’intéresser davantage que ses autres élèves, et pourtant l’étude de mon dossier conjugué avec son expérience de l’observation, l’avaient conduit à chercher une solution pour me venir en aide sans ne jamais rien laisser paraître, de ses intentions.

C’est au début de juin, tandis que la date des épreuves du baccalauréat approchait, qu’en trois ou quatre phrases il fit basculer mon destin.

 

Extrait du livre de mes mémoires

 

Juin s’affichait au calendrier et la date des épreuves du baccalauréat s’approchait . Monsieur Graff nous enseignait la gestion et la comptabilité. Il était d’une nature affable et exerçait son métier avec conviction et déférence. Il était très apprécié de la totalité des élèves.

Ce que j’ignorais, c’est qu’il savait aussi discerner ceux qui parmi nous, éprouvaient des difficultés d’adaptation. J’étais de la catégorie des individus qu’il avait décidé d’épauler.

Il avait rapidement remarqué mon changement de comportement et n’avait pas eu besoin de dialoguer pour comprendre que ma destinée n’était pas celle de poursuivre mes études au delà du lycée.

Il m’avait fallu l’année entière pour me rendre compte de l’intérêt que je suscitais en lui.

Mon parcours scolaire s’achevait avec cet ultime examen à l’issue duquel je désirais impérativement travailler.

Mon professeur était en relation constante avec le président directeur général d’une entreprise en pleine expansion avec lequel il partageait la passion du tennis.

Au terme du troisième trimestre, il s’était tenu informé des besoins en personnel de cette société et proposait les quelques élèves de sa classe qui souhaitaient rentrer dans la vie active. C’est ainsi qu’il avait soutenu ma candidature en défendant mon dossier, corps et âme avec à l’appui de ses arguments, ma situation sociale qu’il savait particulièrement délicate.

Grâce à lui, j’avais reçu par courrier une convocation afin de passer un test de compétences au terme duquel je pouvais espérer un emploi. Je devais me rendre au bureau du personnel de l’établissement, la semaine suivante. J’ignorais jusqu’à ce jour l’existence de cette affaire familiale dont l’activité économique, consistait à acheminer par la route, diverses marchandises, pour le compte des industriels de la région. Le transport s’effectuait aussi bien en France qu’en Europe. Je n’avais également jamais entendu parlé de cette commune vendéenne qui abritait le siège sociale de la société.

Le samedi vingt trois juin de ce début d’été, je vivais une étape de ma vie et pourtant mon réveil mal réglé ne m’avait pas arraché des bras de Morphée. J’eus donc la désagréable surprise d’être sorti de mon lit, par la sonnette de l’entrée.

Mon professeur venait me chercher pour me conduire à mon rendez-vous et j’étais encore en pyjama.

Lorsque j’ouvris la porte, le rouge me vint aux joues, tellement ma gêne était grande d’avoir failli à mes obligations.

Je balbutiai quelques mots d’excuses, en accusant mon réveil de cette forfaiture et ne mis pas bien longtemps à m’habiller, en négligeant un tantinet ma toilette dans le but de me libérer rapidement de cette situation embarrassante.

Je n’étais pas seulement humilié, j’éprouvais aussi de la colère en raison de l’image que je donnais de moi alors qu’un adulte m’avait accordé sa confiance. Cet incident n’eut pas de fâcheuses conséquences et mon entretien c’étant déroulement sereinement, je compris que mon protecteur ne me tenait pas rigueur de l’incident du matin.

La vie prend parfois des tournures inattendues, qui viraient pour une fois à mon avantage. Le 1 août de l’année mille neuf cent soixante treize, j’allais pouvoir enfin gagner mon indépendance.



WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie