La table des lois

La tolérance n’est pas le fort de notre humanité. Les gouvernements successifs n’ont de cesse de faire taire la haine, mais cette haine muselée par les différentes lois établies, attend patiemment au fond de sa tanière, et bien souvent de la manière la plus sournoise qu’il soit, le moment propice pour pouvoir enfin s’exprimer.

J’ai eu en 55 ans d’existence maintes occasions de le constater, et c’est la raison pour laquelle ma confiance en l’homme est bougrement limitée. Je ne crois pas non plus en sa volonté d’évoluer.

Cet état d’esprit était déjà le mien en ce début d’été ou ma vie bascula de nouveau, à cause d’une histoire sordide et du risque qui ‘était le d’être sali par cette affaire. Mon mal-être était tel que je ne pouvais plus affronter le regard des autres.

 

Extrait du livre de mes mémoires

Mon ami le barman ne se contrôlait plus , et se complaisait dans des excès de tous genres. Il ne protégeait pas non plus grand chose de sa vie privé et son inconduite l’avait rendu tristement célèbre dans une affaire à scandale qui n’avait pas défrayé la chronique, mais dont l’onde de choc avait sans doute éclaboussé sa famille. Je ne sortais pas non plus indemne de cette affaire, car ses agissements avaient semé le trouble dans l’esprit de mes amis sur la nature des relations que j’avais pu entretenir avec l’individu. Il n’était pas dans mon tempérament de pardonner, quand on m’a compromis, cet épisode mit donc un terme définitif à nos rencontres.

Malgré mon jeune âge, j’avais déjà affronté pas mal d’épreuves depuis ma naissance, et ce nouvel incident s’ajoutait à liste.

J’avais la certitude d’être quelqu’un d’honnête et pourtant la table des lois condamnait fermement une partie de moi. J’étais donc décidé de modifié en profondeur ma façon d’être, mais rompre irrémédiablement avec mon passé récent ne ferait pas taire les rumeurs. Je sais aujourd’hui que ces rumeurs n’étaient qu’une imagination de mon esprit, mais à l’époque j’étais beaucoup trop perturbé pour aboutir à un raisonnement cohérent.

Parce que je n’assumais pas mes actes, je détournais désormais le regard d’un passé qui m’avait pourtant incontestablement sauvé la vie. Je désirais effacer de ma mémoire ce milieu intellectuel pour lequel j’avais eu tant d’admiration, et ma crainte de rencontrer l’un de ses membres à chaque coin des rues devenait chez moi une obsession.

Parallèlement à cet épisode de ma vie, je prenais également de plus en plus de distances envers mon ami Pierrot. Il se complaisait définitivement dans un milieu d’individus, pour lequel je n’avais aucune attirance. Nous n’étions pas en mauvais terme, simplement nos chemins s’éloignaient naturellement l’un de l’autre. Notre belle histoire d’amitié avait duré de très longues années, elle était en train de s’éteindre chaque jour un peu plus.

Petit à petit, le vide s’effectuait donc autour de moi. Il restait pourtant pas bien loin de moi une amie d’enfance qui m’observait dans l’ombre et qui allait devenir très vite le pilier essentiel du reste de ma vie.



Laisser un commentaire

WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie