A imputer à mon crédit

Les deux femmes qui partageaient la salle d’attente avec moi avaient été appelées tour à tour, j’étais maintenant tout seul à patienter dans le silence angoissant, oppressant, et déstabilisant qui hantait mon décor. J’avais un magazine entre les mains, mais je ne comprenais pas ce que je lisais, mes pensées étaient ailleurs, mon cœur battait à se rompre, et des perles de sueur coulaient sur mon front.

« Monsieur Gautier »

Une voix féminine avait prononcé mon nom, elle me dirigeait vers la salle d’examen, brusquement ma frayeur s’était envolée.

« Passez dans la cabine de déshabillage, vous vous mettez en slip, je viendrai ensuite vous chercher »

En cinq-sept j’avais ôté le peu d’habits qu’en cette période estivale je portais sur moi.

« Monsieur Gautier, si vous voulez bien passer de l’autre côté. »

J’étais impressionné par le gigantisme de la machine, un monstre de technologie au service de la science.

« Voilà je vous explique. Vous aller vous installer sur la table d’examen, et vous resterez allongé sans bouger, pendant que le capteur enregistrera la radioactivité dégagée par vos os.

Le capteur fixera cette radioactivité sur une plaque dite sensible, et cela donnera les photos du squelette dont nous avons besoin pour effectuer un diagnostic. La progression de l’appareil est très lente, et le capteur passera à quelques centimètres de votre corps. Ne paniquez pas, vous n’êtes par enfermé, et l’examen est complètement indolore. Si vous avez le moindre problème, appelez moi, je suis dans la salle d’à côté. A tout à l’heure monsieur. »

Effectivement que l’opération s’effectuait de manière très progressive, et je m’interrogeais de savoir si c’était ma table qui bougeait, ou si c’était la caméra. Placé à hauteur de mon crane, la caméra se situait maintenant au niveau du bassin, je commençais à trouver le temps bien long, et je luttais pour ne pas céder à la panique.

« Monsieur Gautier, l’examen est terminé, vous pouvez vous rhabiller et ensuite rejoindre la salle d’attente, le docteur viendra vous chercher pour les commentaires. »

La scintigraphie osseuse était une nouvelle expérience que je pouvais inscrire à mon actif. Si j’avais été des années sans fréquenter les milieux médicaux en 8 mois je venais de battre un record d’assiduité.

« Monsieur Gautier »

Le docteur C G était venu me chercher dans la salle d’attente où je n’étais plus seul.

« On ma dit que vous souhaitiez la présence de votre épouse pour le résultat ? »

« Oui »

« Rentrez dans mon bureau je vais la chercher. »

Chantal était arrivée en compagnie du praticien, sans doute avait-elle bien avancé dans la lecture de son bouquin, car l’attente avait été longue.

« L’examen ne laisse rien apparaître d’anormal, hormis les métastases du poumon et du rein, le cancer  ne s’est pas propagé aux os. Je vous signale quand même un début d’arthrose au niveau des vertèbres lombaires, mais rien de bien méchant. Avez-vous des questions à me poser ? »

« Que faites vous des clichés de la scintigraphie ? » 

Chantal avait réagi que ces documents étaient importants pour notre prochaine visite au  CAC de l’espoir d’autant plus que l’examen avait été demandé par le docteur Z à Cholet, et qu’elle doutait fortement de la bonne coordination entre les trois cliniques.

« Je les conserve au sein du service »

« Je souhaite les récupérer »

Le praticien n’avait pas apprécié le ton autoritaire de la femme qui se trouvait devant lui, il avait encore moins aimé que l’on contrarie ses décisions.

« Puisque la chef à dit de lui donner les clichés »

Le docteur C G avait donc tendu l’ensemble du dossier à Chantal, visiblement vexé de la réaction inattendue de mon accompagnatrice. Nous étions sortis ensuite rapidement de son bureau, sans avoir été salués.

Dans le marasme ambiant, le diagnostic que je venais d’entendre était à imputer à mon crédit, pour la première fois depuis bien longtemps, j’entendais une bonne nouvelle, c’était au moins ça de gagner.  



WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie