Sentiment d’être vivant et utile à la société

Il est des moments dans la vie, ou l’on aurait besoin de sentir la présence d’une autorité supérieure, afin de s’appuyer sur son épaule. Pendant de longues années j’avais attendu vainement un message de cette autorité, que je n’avais pas reçu, ou que je n’avais pas été capable d’entendre. Au fil du temps, ma foi profonde s’était effilochée au fur et à mesure que les épreuves m’avaient progressivement meurtri. Mon éducation faisait que  cette foi n’avait pas totalement disparue de mon esprit,  il n’en restait néanmoins que des ruines, mais parfois dans les ruines les archéologues découvrent profondément enfouis sous la terre, des trésors oubliés depuis des siècles.

Après m’avoir fait prendre conscience de la fragilité de la vie, m’encourageant ainsi à m’attacher aux choses essentielles, une manifestation divine n’était-elle pas en train de me révéler ce trésor. Je n’avais pas, et je n’aurai peut-être jamais la réponse à mes interrogations, mais dans des périodes aussi  difficiles, il était primordial de s’accrocher à une bouée, pour ne pas sombrer dans les flots. 

 

J’avais quitté le CAC de l’espoir dans le ferme intention de service de cobaye, je voulais que mon corps malade serve à quelques choses, je voulais être pleinement actif dans le combat que les chercheurs menaient contre la maladie. J’écartais l’idée de mourir vainement du cancer, je trouvais dans cette implication un souffle nouveau, je me sentais vivant, utile à la société.

Je m’étais pleinement appliqué à répondre au questionnaire que l’on m’avait donné, car je savais que l’analyse de mes réponses aurait un impact primordial, dans le choix qui serait fait parmi la vingtaine de candidats. Il ne restait plus qu’à patienter, pour connaître le bilan de la randomisation.

Je n’attendais pas les conclusions de cet entretien comme on attend les résultats du loto, mais cette nouvelle étape dans mon parcours contre la maladie me donnait l’occasion de porter un autre regard sur ma condition de malade, et j’étais désormais en paix avec moi-même.

Le vendredi 12 août 2005, était une journée comme les autres pour des millions de gens. De même que tous les ans à la même époque, Cholet était une ville pratiquement déserte. L’ambulancier était à l’heure, son véhicule garé à hauteur de notre maison n’attendait plus que nous. Le parcours n’avait pas été problématique malgré la présence de nombreux véhicules sur la chaussée, car bon nombre d’estivants partaient encore sur leurs lieux de villégiatures.

Le hall d’accueil du CAC de l’espoir affichait complet, le cancer n’accordait pas de congés payés aux patients. Démarches administratives obliges, il avait fallu guetter que le numéro porté sur mon ticket  paraisse sur le tableau électronique. 

A présent nous étions dans la salle d’attente que nous avions quittée, 7 jours auparavant, Chantal ayant pris soin d’annoncer notre arrivée à la secrétaire du docteur R

Mon nom avait été prononcé, l’oncologue patientait dans l’encadrement de la porte que je le rejoignisse.

« Comment vous portez-vous monsieur Gautier ? »    

« Ma foi je vais bien ? »

Ce n’était sans doute pas chez lui volontaire, mais le praticien me donnait l’impression de cultiver le suspens.

« Bon et bien nous allons pouvoir commencer le traitement, vous avez été choisi pour composer le groupe auquel on prescrira le BAY 43-9006. »

La phrase avait été lâchée, mon corps qui s’était raidi en attendant le verdict, se détendait lentement mai sûrement. Un léger sourire se dessinait à la commissure des lèvres du médecin. Il avait compris l’importance qu’avait pour moi cette bonne nouvelle.

« Bon maintenant rentrons dans le vif du sujet, la posologie sera de deux gélules matin, deux gélules soir. Les effets secondaires sont nombreux, il faudra peut-être modifier les doses en fonction de votre capacité à supporter le traitement. »

L’oncologue s’affairait maintenant à me débiter une longue liste de réactions indésirables qu’il me faudrait gérer tant bien que mal. 

 

 



WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie