La valse et le tournis

Quand un malheur, qu’on a cru extrême, et qui nous désespère, devient encore plus grand, il semble que notre âme renonce à s’en affliger. Elle lui cède et se tait.

La fatalité triomphe dès qu’on croit en elle.

 

Jeudi 7 avril 2011, depuis quelques temps nous bénéficions d’un ensoleillement exceptionnel, et de températures dignes d’une fin de mois de mai. Cette météo inattendue n’incite pas à l’écriture, elle encourage davantage les balades à travers dame nature.

Hier c’était mon anniversaire, 57 ans d’un parcours on ne peut plus chaotique, le 18 mars dernier c’était celui de la mort de ma mère, 50 ans que le destin l’a emmenée vers une destination  mystérieuse. Il y a tellement longtemps de cela, que j’ai la sensation d’avoir vécu ces évènements dramatiques dans une autre vie.  

Doucement mais sûrement je termine mon 7ème cycle de chimiothérapie, je ne vais ni mieux, ni plus mal que les traitements précédents. Un jour j’ai des problèmes d’intestins, un autre jour c’est l’estomac qui montre des signes de révolte et passe ensuite le relais à mon cœur qui n’en fait qu’à sa tête. Je suis comme un vieillard avant l’heure, presque toujours fatigué, mais il faut faire avec. Je ne m’habitue pas, je me résigne tout simplement.

 

Mardi 30 juin 2009, j’étais assis dans la salle d’attente du cabinet de radiologie, en espérant que le nodule placé sur ma thyroïde n’ait pas eu la mauvaise idée de muter. 

« Pourquoi n’avez-vous pas voulu passer votre examen avec le docteur H ? »

Manifestement la praticienne qui manipulait sa caméra à hauteur de ma gorge, avait eu vent de mes exigences.

Je n’avais aucune envie de remuer le couteau dans la plaie, je préférais me contenter d’une explication qui satisfasse la curiosité de mon interlocutrice.

« Il y a quelques temps j’ai subi une échographie effectuée par le docteur H. Le diagnostic étant dramatique, j’avais peur que le visage de ce monsieur réveille en moi de très mauvais souvenirs. »

En quelques phrases j’avais ensuite raconté l’histoire de ma maladie, mettant ainsi un terme à une conversation délicate qui restait de déraper à tout moment, tant mon aversion était grande.

Même en l’absence de mon cauchemar vivant, les mauvais souvenirs revenaient quand même à la surface, car j’étais revenu sur les lieux au sein duquel notre drame familial, avait pris officiellement sa source. .

En cinq minutes, j’avais en effet effectué les mêmes gestes, posé mes affaires sur la même chaise, m’était allongé sur la même table, et je subissais à présent l’examen sur la même machine que ce jeudi de décembre 2004 où le monde s’était arrêté. Seul le type d’examen et la personne qui l’effectuait différaient, mais je sentais en moi monter cette peur si particulière qu’avait fait naître le docteur H, en prononçant sans une once d’humanité des mots qui résonnent encore à ce jour dans ma tête.

Cette fois je ne voulais pas laisser s’installer le silence, mon angoisse était bien trop grande.

« Est-ce qu’il y a une évolution négative par rapport à la dernière fois ? »

La dernière fois remontait au 8 août de l’année 2006, et j’avais eu bien d’autres soucis pour me préoccuper de ce nodule qui risquait à tout instant de dégénérer en cancer.

« Non, l’échographie est quasiment la même que celle que vous avez passé un an plus tôt. Mais dîtes moi ce n’est pas moi qui vous ai effectué l’examen la dernière fois ? »

« Non mais ce n’est pas le docteur H non plus »

En fait je ne me souvenais pas du patricien à qui j’avais eu à faire, mais l’important était ailleurs, ma thyroïde ne montrait pas de signes d’inquiétudes et j’étais une fois de plus soulagé.

Je pouvais à présent prendre un rendez-vous auprès du docteur C pour faire un énième bilan complet de ma santé,  et pour entendre la lecture des commentaires du cardiologue après étude de mon Holter et du radiologue après contrôle de mon échographie thyroïdienne.

La ronde des médecins continuait, à ce jour la valse n’est pas encore terminée, et finalement j’espère que la musique ne s’arrêtera pas de si tôt, même si je commence à avoir pas mal le tournis.

 

.  



Laisser un commentaire

WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie