Jusqu’au prochain menu du programme

Souffrir oublier et se taire

 

Collé au plus près de la machine, j’attendais que la caméra termine son travail d’exploration et d’enregistrement des rayonnements émis par mon corps. L’examen durait un certain temps, il fallait être patient, et ne pas céder à la panique, car le personnel médical avait quitté la salle. Le sentiment d’abandon pénétrait intimement ma pensée. Après avoir atteint la maîtrise de moi-même, la raison pour laquelle je me trouvais en ce lieu, et le silence qui y régnait,  favorisèrent peu à peu la concentration de mon esprit, et m’entraînèrent en avant vers une démarche d’introspection susceptible de m’aider à faire la paix avec mon passé. Je réfléchissais donc à mon histoire en essayant de mettre en relief les points forts, tout en me résignant à ne pas pouvoir effacer du tableau les périodes les plus obscures. Je pensais intensément à mes parents, à ma grand-mère, à ce que n’avions pu vivre ensemble. Je me demandais si de là-haut, ils étaient en mesure de contempler ma détresse. J’espérais ardemment qu’ils puissent m’aider à supporter un avenir largement hypothéqué, quelques petites larmes coulaient  à la commissure de mes yeux,  sans que je puisse les essuyer. Et si l’existence d’un Dieu était une immense connerie inventée par l’homme ?

Ma nouvelle famille était certes là, et bien là. Grâce à elle, j’avais gagné bien des batailles, mais son rayon d’action avait des limites, et lorsque ces limites étaient franchies, il fallait que je me débrouille sans cette  présence précieuse, femme et enfants étaient alors bien loin de ma souffrance.

Maupassant avait écrit en son temps : ‘’Notre grand tourment dans l’existence vient de ce que nous sommes éternellement seuls et tous nos efforts, tous nos actes ne tendent qu’à fuir cette solitude.’’  Il y à belle lurette que j’avais fait mienne cette devise, et sa véracité se vérifiait à chaque fois que je sentais un mauvais vent souffler sur ma vie.

« L’examen est terminé! »

Un lointain écho venait brusquement de m’extirper de mes profondes méditations. J’eus d’abord la sensation d’atterrir sur une autre planète, avant de recouvrer enfin mes esprits.

« Faut-il que j’attende le résultat ? »

« Non il sera communiqué à votre médecin. Vous pouvez partir. »

La patricienne avait tournée rapidement les talons, sans m’adresser un sourire, et sans entendre le merci, et l’au revoir madame que je lui avais adressé. Je ne savais que faire de ma serviette éponge, je pris la décision de l’abandonner dans la cabine, après avoir au préalablement essuyé une partie de mon corps toujours autant imprégné de sueur.  

Foutre le camp, foutre le camp, je n’avais que ces trois mots en tête.

Les panneaux de signalisation me dirigeaient à travers un long corridor peuplé de nombreuses portes,  derrières lesquelles le personnel soignant vaquait probablement à ses occupations. Il était tard, Chantal devait m’attendre derrière la zone protégée. J’avais atteint les toilettes que j’espérais avec impatience. La salle d’attente située à côté et qui m’avait accueilli quelques temps auparavant était encore occupée par quelques patients. L’un deux lisait le magazine sur lequel j’avais appris la lutte que menait Laurent Fignon contre le cancer. L’ancien champion était consultant sportif et son courage devait lui permettre de commenter le très prochain tour de France cycliste qui débutait début juillet. Riches, pauvres, célèbres, anonymes la maladie tapait dans le tas sans faire de détail, et le salut de chacun ne dépendait aucunement de son statut social.

La journée avait été fastidieuse, la porte automatique s’ouvrit enfin sur ma délivrance. J’avais appréhendé énormément ces instants, mais le ronron rassurant du moteur de la voiture me rappelait que tout fini par passer. Chantal me ramenait avant le prochain menu du programme, vers un peu plus de sérénité.



Laisser un commentaire

WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie