Un jour comme les autres

Le malade ne doit pas céder au découragement.  Le découragement est un faux-pas qui laisse présager la chute. Si le cancer jette malgré tout le malade par terre, alors que le malade lève les yeux, il verra des étoiles dans le ciel.

Si la médecine est capable d’apporter une solution, il ne sert à rien de s’inquiéter. Dans le cas contraire, s’inquiéter ne change rien 

 Nos épreuves contribuent toujours à notre développement lorsque nous les regardons comme des opportunités de corriger les erreurs du passé, ou d’acquérir sagesse et entendement

 

Ce vendredi 17 décembre 2010 était un jour comme les autres pour le CAC de l’espoir. Un balai incessant d’ambulances déposait leurs occupants devant l’entrée principale de l’établissement, tandis que d’autres ambulances libéraient de précieuses places de parking, chargés des patients ayant déjà consulté. L’espace d’accueil correspondait à une partie d’agrandissement nouvellement opérationnel, et ressemblait étrangement à un hall de gare tant par sa structure et son immensité, que par le nombre de personnes qui y circulaient. 

Assis dans un coin et muni de mon ticket d’ordre d’arrivée, j’attendais patiemment que l’on veuille bien m’appeler.

« Scanner, deuxième étage, et vous suivez les flèches. »

Il y avait longtemps que j’avais cessé de dire à mes interlocuteurs que je connaissais le chemin par cœur. Les renseignements qu’ils me donnaient faisaient partie de leur travail et ils n’étaient pas en mesure de discerner les habitués des autres. Je me contentais donc de sourire. 

J’avais au moins un point positif concernant cette nouvelle journée de galère, mon examen était effectué sur place, alors que le 20 septembre dernier, il avait fallu se rendre d’abord au CS. J’avais en effet quelques jours auparavant reçu un appel téléphonique de la secrétaire de mon oncologue.

« Monsieur Gautier ? »

« Oui »

« Je vous appelle pour votre rendez vous de lundi prochain. Le scanner du CAC de l’espoir est en maintenance. Je suis désolé mais je suis obligé de vous envoyer chez le docteur L C. L’entretien avec docteur R est maintenu à la même heure. Je vous envoie un courrier de confirmation. A bientôt monsieur Gautier.»

Je connaissais CS, mais je ne connaissais ni ce radiologue, ni son équipe. Je n’avais absolument pas apprécié d’attendre tout seul dans une petite cabine sombre et étroite, que l’on vienne m’annoncer un résultat, pour le moins imprécis.

Au moins pour ce 27ème scanner, je récupérais tous mes repères, et nous étions venus Chantal et moi avec notre propre voiture, à l’inverse de l’examen précédent où nous avions voulu nous libérer du stress d’un trajet mal connu, en utilisant les services d’une ambulance. 

Je retrouvais donc en ce jour, des lieux et des visages coutumiers, hormis une élève infirmière qui m’avait un peu torturé le bras, en posant maladroitement un cathéter.

« Pas d’allergie au produit ? »

« Non »

« Il faudra boire abondamment après l’examen. »

« Ok »

« Bon vous m’accompagnez, on passe dans la salle du scanner »

En deux temps trois mouvements j’avais passé l’épreuve avec succès, et nous étions à présent assis  au rez-de-chaussée du bâtiment, dans ce hall d’entrée toujours autant fréquenté. Avant de rejoindre la salle d’attente des consultations, il fallait tuer le temps et je me remémorais la journée du 20 septembre.

A C S  le radiologue m’avait dit que les tumeurs semblaient stables quoiqu’il n’ait pas des éléments de comparaison suffisamment précis. J’avais été très énervé d’avoir attendu si longtemps une explication aussi peu convaincante et reprendre la route pour le CAC de l’espoir ne m’avait absolument pas déstressé.

Pour l’heure cet épisode était de l’ordre du passé, et en attendant un seul et unique verdict, celui du docteur R, Chantal me tendait une feuille de mots fléchés. La peur d’entendre de vilains résultats commençait à se faire  sentir.



WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie