Difficile obéissance

colombie2325.jpg

La petite boîte en métal que tenait dans ses mains l’infirmière de service m’était familière, car elle contenait la seringue de produit radioactif qu’elle était sur le point de m’injecter.

 

« Dans quel bras préférez vous que je vous pique ? »

 

« Le droit »

 

« Vous allez sentir un léger picotement lorsque je vais vous enfoncer l’aiguille, mais rien de bien méchant. »

 

Je n’avais aucune appréhension, car en 6 ans 3 moi et 9 jours de maladie, j’avais subi au total pas moins d’une centaine de piqures, dans les membres supérieurs, dans les fesses, dans le ventre, et même dans les gros orteils, l’intervention était donc devenue plus que routinière.

 

« Vous pouvez desserrer votre poing, j’ai presque terminé. »

 

La femme m’avait ensuite invité à me rendre dans la salle d’attente réservée aux injectés, elle viendrait me chercher dans un petit moment.

 

Je n’avais pas eu le temps de terminer l’article que je lisais dans un magazine, car un homme d’une stature imposante était venu interrompre ma lecture.

 

« Monsieur Gautier ? »

 

« Oui »

 

Il avait accueilli mon oui d’un sourire, la sympathie du personnage contrastait fortement avec la froideur de la femme qui m’avait pis en charge lors de ma scintigraphie osseuse. 

 

« Avez-vous déjà passé une scintigraphie du cœur ? »

 

J’avais répondu par la négative.

 

« Le produit qui vient de vous êtes injecté par voie intraveineuse,  va émettre des rayons gamma, mais n’aura aucun effet sur votre organisme, car vous l’avez reçu à faible dose.
Cette substance radioactive va se fixer sur votre cœur et va permettre d’établir une image qui sera ensuite diagnostiquée. »

 

Il m’avait invité à rentrer dans une cabine de déshabillage, et cette fois je n’avais pas besoin d’être complètement nu pour satisfaire à la procédure.

 

« Pour être simple dans mes explications, la scintigraphie fonctionne grâce à une caméra à scintillation appelée gamma caméra. Cette caméra est composée d’un dispositif otique permettant d’obtenir un faisceau de lumière émit par le rayonnement du produit injecté. Suite à cette scintillation, on obtient une succession d’images dans le temps établissant l’anomalie de l’organe ou du tissu. »

 

Le soin avec lequel il m’expliquait la procédure m’éclairait sur un examen dont j’ignorais les tenants et les aboutissants, mais surtout il me donnait l’impression d’être considéré comme un être à part entière, plutôt que comme le patient numéro tant.

 

De même que dans le cadre d’un scanner ou d’une scintigraphie osseuse, la machine était tellement imposante qu’elle remplissait la majorité de l’espace de la pièce, dans laquelle elle était installée. Le praticien m’avait invité à m’allonger sur la table d’examen qui était si étroite que je ne pouvais pas poser mes bras, il fallait donc que je les croise sur mon ventre.

 

«Allonger vos bras le long de votre corps, je vais vous emmailloter. »

 

Pareil à une momie, le praticien m’entourait en effet le torse d’un très large bandage pour maintenir mes bras le long de mon corps, mais surtout pour m’empêcher de bouger.

 

« L examen est un peu long, n’ayez surtout pas l’impression d’être abandonné, toute l’équipe sera dans la salle d’à côté. A tout à l’heure monsieur Gautier. »

 

Plongé dans un silence propice à la méditation, j’attendais patiemment l’aboutissement de l’examen, le temps me paraissait effectivement interminable.

 

Cette fois la caméra n’enregistrait pas les images de mon corps  de haut en bas comme dans le cadre d’une scintigraphie osseuse, mais me donnait l’impression de tourner autour de mon torse. J’étais extrêmement mal à l’aise, et comme mes membres supérieurs ne semblaient pas bénéficier d’un solide appui, je me contractais les muscles pour les tenir en place. Je commençais donc petit à petit à tétaniser. Mon interlocuteur m’avait expressément demandé de rester immobile, je tentais de lui obéir, mais l’opération devenait de plus en plus impossible.

 

Je me mis à trembler de tous mes membres, j’avais hâte de me libérer de mes chaînes.

colombie2325.jpg



Laisser un commentaire

WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie