Une avancée significative

« Avoir un cancer, c’est prendre conscience de son attachement à la vie »,

« Face à un diagnostic synonyme de souffrance physique et morale  avec la mort au bout du chemin, le patient développe un mode d’analyse, un mécanisme de protection inconscient, visant à maintenir ou à rétablir un équilibre psychologique, fortement malmené par l’annonce qui lui a été faite. »

« Il est impossible en effet de vivre en permanence dans un bateau qui tangue. Il faut s’éloigner au plus vite des dangers de la tempête, pour retrouver une sagesse d’esprit  et la capacité à raisonner,  faute de pouvoir contrôler les dérèglements d’un corps, dont vous avez le sentiment qu’il  vous a trahi. »

« La souffrance interroge inévitablement. Elle est jugée comme une expression du malin, quelque chose d’inhumain qui doit être combattue à tout prix. »

« Trouver un sens à sa maladie, trouver des réponses à ses questions, offrent une sensation de maîtrise qui permet de réinvestir l’espoir afin de trouver les bonnes clés pour combattre le mal absolu.

 

Le docteur R partageait cette aile du service des consultations avec le docteur B. Le couloir était encombré par les gens qui s’apprêtaient à quitter les lieux, et par ceux qui au contraire, venaient enregistrer leur arrivée. Les deux chaises à côté du secrétariat de mon oncologue étaient encore occupées mais sans doute pour très peu de temps. Ces braves gens attendaient probablement que le praticien ait terminé de lire le compte-rendu de scanner du malade, et j’imaginais aisément leur état d’esprit.

La surprise était agréable. V qui m’avait accompagné entre 2005 et 2007 lors de ma collaboration au protocole d’essai thérapeutique B était là,  devant moi.

« Comment allez-vous monsieur Gautier ? »

Elle n’avait pas attendu que je réponde à sa question.

« Vous me paressez plutôt en forme ! »

« Sans comparaison avec notre précédente rencontre, car vous m’aviez accueilli  couché sur un brancard. »

« Oui en effet je m’en souviens, mais aujourd’hui c’est différent et ça me fait plaisir de vous voir. »

« Vous par contre vous n’avez pas l’air d’avoir la frite ? »

« Quelquefois j’ai l’impression de me battre contre des moulins à vent. »

Valérie n’était pas dans ses bons jours, sans doute fatiguée par une charge de travail toujours de plus en plus lourde.

« Quand je vois l’ampleur des moyens déployés contre le cancer, et le peu de résultats que nous obtenons. »

V s’était lâchée, secret médical oblige, elle nous en avait déjà trop dit, et je savais que je n’en serais pas davantage.

Je ne savais pas quel était la raison de ce découragement aussi ouvertement exprimé, et je ne n’avais pas l’intention d’être indiscret en lui demandant de me l’expliquer.

Avait-elle encaissé encore une mauvaise nouvelle ? Sûrement que l’un de ses patients était passé de vie à trépas. V m’avait épaulé pendant deux longues années, vraisemblablement épaulait-elle d’autres malades bien plus longtemps encore. J’imaginais combien cela devait être difficile pour elle, de constater un échec. J’imaginais aussi que malgré sa formation professionnelle au cours de laquelle on lui avait certainement appris à garder ses distances avec les patients, l’exercice tous les jours renouvelés, ne devait pas être très facile, et qu’il lui arrivait parfois de s’attacher irrésistiblement à eux, ce qui rendait la défaite un peu plus amère.

Comme à chacune de nos rencontres, V était pressée, il fallait donc qu’elle prenne congé de nous. Son téléphone portable avait d’ailleurs sonné.

« A une prochaine fois ! »

Nous avions répondu à notre interlocutrice par un sourire, et par un petit signe de la main tandis qu’elle s’éloignait de nous.

Cette petite conversation entre amis  m’avait détourné l’esprit de sa préoccupation du moment. Le visage du docteur R qui venait chercher le couple assis sur les chaises, me rappela à mes tristes souvenirs. Mon cas n’était malheureusement pas encore à inscrire sur le tableau des victoires, mais ma présence en ce lieu au bout de 7 ans de lutte acharnée, représentait pour V et pour tout le milieu médical en général, une avancée significative dans la course que l’humanité toute entière menait contre le cancer, et ça j’en avais pleinement conscience.

Une avancée significative dans Cancer du rein papillon-color%C3%A9-41-300x245



WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie