Le cheval sauvage

Dans le secteur de la commercialisation d’automobiles, il y a la voiture qu’on appelle le modèle de base, celui qui peut être éventuellement accessible financièrement aux  acheteurs les plus modestes. Pour les clients les plus fortunés et donc pour les plus chanceux  se rajoute ensuite lors de l’achat du véhicule, le choix des options supplémentaires. Dans tous les cas chacun est en mesure de signer ou non la transaction financière.

En ce qui me concerne je ne suis pas fortuné, je ne suis pas chanceux, je n’ai surtout jamais rien demandé, et pourtant le destin m’a collé un cadeau  bien encombrant, impossible à refuser. Il m’a offert un sarcome rénal comme modèle de base, et en options supplémentaires,  une hypothyroïdie, une hypertension artérielle et une arythmie cardiaque, sans doute dans le but d’agrémenter ma vie.

Il y a belle lurette que le petit papillon situé à l’avant de ma gorge a décidé de glander. Ma thyroïde ne produisait pas assez d’hormones bien avant que l’on me découvre le cancer. Paradoxalement cette maladie chronique qui me conduisait régulièrement chez le médecin m’avait sauvé la vie, car ce fût au cours de l’une de ces visites de contrôle et de renouvellement de médicaments que le praticien découvrit le jackpot.   

L’hypertension artérielle est quant à elle une tare familiale. Mon père, un oncle et bien d’autres de ma famille en furent les victimes. Il était logique qu’un jour ou l’autre le médecin m’annonce que j’étais l’heureux héritier de cette imperfection de la nature. J’avais reçu la bonne nouvelle vers la fin des années 90. Le traitement du problème est devenu désormais une affaire de routine.

L’arythmie cardiaque fût la petite dernière apparue dans ma collection de désagréments en tous genres. Les premiers symptômes avaient été décelés à l’époque de ma participation au protocole d’essai thérapeutique du Néxavar, par l’équipe médicale du CAC de l’espoir.  La lettre envoyé à mon cardiologue était tombée dans les oubliettes, jusqu’à ce jour du 31 octobre 2008 où une crise un peu plus coriace que les autres, m’avait conduit directement de chez mon généraliste, à la polyclinique sans passer par la case départ. Depuis lors j’ai beaucoup de mal à dompter le cheval sauvage. Je suis souvent désarçonné et les médecins au bien du mal à me remettre en selle.

 

Lundi 13 février 2012, cette fois bonhomme hiver avait bouclé ses dernières valises, quelques traces de son passage restaient encore visibles, mais pas pour longtemps. Cela faisait bien longtemps que nous avions eu une saison aussi marquée, j’avais aimé retrouver l’atmosphère de certains moments heureux de mon enfance, mais j’avais eu ma dose de grand froid et de ciel gris, et maintenant j’espérais avec impatience, le renouveau du printemps.

Au petit déjeuner m’attendait mes trois premières gélules de mon nouveau cycle de traitement. Globalement les effets secondaires de mon précédent cycle de Sutent, m’avaient retenu prisonnier un peu plus longtemps que la moyenne habituelle. A l’actif de mon bilan, je pouvais me réjouir de ne pas avoir trop perdu l’appétit, et d’avoir surtout su restaurer rapidement un moral malmené par les révoltes constantes de mon corps.

Je m’attendais comme à l’habitude à disposer de quelques jours encore de tranquillité avant l’apparition des premiers effets secondaires du Sutent.

Je connaissais bien le caractère souvent asymptomatique de l’hypertension, mais les médicaments et une prise journalière de ma tension me permettait une maîtrise et une surveillance constante de la maladie.   

Les prises de sang régulières, et l’adaptation permanente de mon traitement hormonal en fonction des résultats m’avaient débarrassé de la majorité des symptômes liés à mon hypothyroïdie.   

Le mauvais élève de la promotion restait encore et toujours mon arythmie cardiaque. Les crises répétées me causaient davantage de gênes que les conséquences liées au cancer, à ma forte tension et à mon dysfonctionnement thyroïdien réunis.

Le cheval sauvage  dans Cancer du rein cheval-sauvage



WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie