Entre deux clients

Hormis des jambes un peu trop gonflées par de l’œdème, et un fatigue physique que je sentais toujours venir à un moment ou à un autre lorsqu’un repas se prolongeait au-delà du raisonnable, je n’avais finalement pas trop mal passé le cap de cette journée. J’avais fait attention à ne pas trop me charger l’estomac, et mes précautions avaient été payantes car je n’avais pas aggravé des problèmes intestinaux,  qui semblaient vouloir marquer un pause. Je savais que mon état psychologique avait une grande influence sur mes nerfs, et la tempête qui maltraitait depuis plusieurs jours mon organisme avait porté un coup dur à mon moral. Cette réunion familiale avait brisé le cercle infernal de mes pensées négatives, et l’apaisement de mon esprit avait contribué à son tour à l’apaisement des manifestations douloureuses de mon corps. J’étais loin de maîtriser la situation, mais du moins l’occasion de pouvoir me changer les idées  m’avait donné les ressources nécessaires, afin de vivre l’épreuve un peu  plus sereinement.

Le lundi 12 mars, j’entamais ma période de repos tant attendue, cependant il ne fallait pas espérer oublier les tracas de la maladie, car mon rendez-vous au CAC de l’espoir était fixé le vendredi à suivre. La semaine débutait d’ailleurs plutôt mal, car je m’étais levé tard de mon lit, et avec beaucoup de difficultés. J’avais passé le reste de la journée dans mon fauteuil les yeux rivés sur mon poste de télévision. Je n’avais même pas eu la force de téléphoner à ma fille pour lui souhaiter son anniversaire.

Malgré tout ça, il fallait quand même songer à prévenir l’infirmière pour qu’elle vienne me faire la prise de sang en préambule de ma visite  à Nantes. Outre ces analyses prescrites par le docteur R, et  réalisées mensuellement, en conformités au protocole thérapeutique adopté, j’avais une seconde prescription ordonnée par le docteur C et sur laquelle il réclamait un dosage sérique de la Digoxine. La précédente recherche datait du 18 avril 2011, mais comme je l’ai écrit précédemment, je ne m’inquiétais pas outre mesure de constater un  délai aussi long,  depuis ce dernier contrôle 

L’arrêt du Sutent ne m’apportait pas le soulagement tant attendu, de plus la fatigue s’était installée pour devenir chronique. J’avais déjà connu des périodes comme celles-ci, un peu plus virulentes que la moyenne, mais comme à chaque fois,  je n’avais pas d’autres choix que d’assumer les difficultés et la souffrance. Le challenge était énorme, il prenait toute mon attention, et par conséquent je ne percevais pas l’inquiétude de mes proches autour de moi. Pourtant cette inquiétude était réelle, leurs perceptions de mon état de santé, étaient différentes de la mienne. Ils me voyaient plutôt en mauvais état, et moi je considérais que cette tempête n’était que passagère, sans chercher à  me soucier davantage.

Le mercredi 14, un petit coup frappé discrètement dans la porte d’entrée, et l’infirmière était venue bousculer mes petites habitudes du matin, avant de porter au laboratoire, les tubes du sang, qu’elle venait de me prélever dans les veines.

Il n’avait pas fallu attendre bien longtemps avant de recevoir le coup de téléphone du généraliste.  La sonnerie avait retenti alors que j’étais déjà au lit, il était 9 heures du soir. Je ne savais pas qui était au bout du fil, car c’est Chantal qui avait décroché le combiné, et elle ne faisait qu’écouter les propos de son interlocuteur.

« Est-ce normal qu’il soit si fatigué ? »

Du coup j’avais compris, il y avait encore une bizarrerie dans mes résultats d’analyse et Chantal était en ligne avec mon médecin. Je n’allais pas tarder à connaître le menu que l’on m’avait concocté.

« Le généraliste a rappelé pour que tu stoppes la prise de Digoxine pendant 2 jours, mais quand je lui ai dit que tu étais extrêmement fatigué, il m’a répondu que cela changeait tout, et qu’il y avait urgence, à lui rendre visite. »

« Qu’est ce qu’il à découvert de si terrifiant ? »

« Le taux de Digoxine, est anormalement élevé dans ton sang.  Il voulait seulement interrompre le traitement pendant deux jours, mais comme je viens de te le dire, lorsque je lui ai parlé de tes problèmes actuels, il a préféré te rencontrer. Il a fixé le rendez-vous pour demain à midi, entre deux clients. »

Entre deux clients  dans Cancer du rein digoxine



WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie