Porte M

Le temps était gris et triste, c’était le mois de novembre au printemps. Depuis le temps que les médias proclamaient notre pays en état de sècheresse, ces mêmes médias pouvaient à présent être satisfaits car question pluie, depuis quelques semaines nous étions servis. J’avais froid et j’étais à jeun pour un bon moment, car mon examen au scanner était prévu aux alentours de 14 heures. Nous avions confié au service des ambulances,  la charge de nous conduire sur Nantes. Mon scanner avait lieu aux C A, et comme à chaque fois que le trajet se compliquait un peu, nous préférions économiser notre stress pour plus tard. Nous avions reçu le matin même un coup de téléphone pour nous avertir que nous allions faire du covoiturage. Mon interlocutrice m’avait demandé si cela me gênait, je lui avais répondu par la négative.

A 12h 15 pétante, notre conductrice garait sa voiture devant notre maison, nous allions ensuite chercher l’autre malade pour prendre enfin la nationale 249, direction l’agglomération nantaise.

L’inconvénient majeur de ce transport par un professionnel, c’était que nous n’étions pas libres de parler en toute intimité, c’était aussi qu’il fallait parfois participer à des conversations bien souvent banales, alors que nous aurions préféré garder le silence. A l’inverse de sa collègue qui nous avait pris en charge la dernière fois et qui nous avait abreuvé de paroles durant tout le voyage et même au-delà, cette ambulancière ainsi que l’autre de ses  passagers, étaient muets comme des carpes.

Nous étions Chantal et moi calés à l’arrière de la voiture, le silence finissait quand même par être pesant, nous nous efforcions donc de nous détendre en fermant les yeux. Le ronron du moteur aurait pu m’aider à m’assoupir, mais l’aération soufflait de l’air frais qui me faisait frissonner et qui m’empêchait de sommeiller. Quelques ¾ d’heures après notre départ, notre véhicule prenait à présent le périphérique dans la direction de Bordeaux et je savais que nous allions emprunter l’impressionnant pont de Cheviré. Je n’ignorais pas non plus que dès notre sortie porte M, nous serions sur le point d’arriver.

Notre ambulance faisait face à l’entrée principale de la clinique, mais sa conductrice semblait hésiter à trouver la direction du service qui attendait notre visite. Nous lui avions fait gentiment la remarque que la dernière fois, sa collègue, dès la sortie de la rocade, avait emprunté une rue qui nous avait conduits directement au bon endroit. Elle avait grommelé une phrase entre ses dents, nous avions compris que notre intervention ne lui avait pas plu. Finalement en tournant sur la droite nous avions très vite reconnu le parking des admissions aux examens radiologiques et autres imageries médicales.

Nous avions atteint  notre première étape, notre accompagnatrice nous avait suivi jusqu’à l’accueil. Comme une étiquette épinglée sur son chemisier l’indiquait, l’hôtesse était une stagiaire, et elle hésitait à remplir la page affichée sur son ordinateur. Il lui fallait maintes et maintes conseils de sa collègue pour venir au bout de sa tâche. L’opération s’éternisait et je sentais l’ambulancière quelques peu énervée.

« Je dois conduire un malade dans une autres aile du bâtiment, pouvez vous me dire dans combien de temps je pourrais venir rechercher mon Gautier ? »

« Une heure environ »  

Je n’avais pas compris pourquoi elle avait attendu si longtemps avant de poser la question. Nous n’étions pas des enfants, nous n’avions pas besoin d’elle pour la suite des opérations. Elle avait beau être très professionnelle, elle manquait sérieusement de bienveillance envers son entourage. Finalement la stagiaire de l’accueil, n’avait pas fait les frais de sa mauvaise humeur, et après quelques minutes de patience, nous nous étions dirigés du côté de la salle d’attente. J’avais entre les mains un questionnaire que l’on m’avait demandé de remplir, j’attendais à présent nerveusement que l’on m’appelle.      

 



Laisser un commentaire

WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie