Une oreille bienveillante

Manifestement ma remarque était un sujet qui prêtait à réflexion, car je voyais mon interlocuteur longuement plonger dans ses pensées. Il avait saisi le clavier de son ordinateur et consultait à présent mon imposant dossier.

« Vous souvenez vous à quel moment nous avions effectué l’échographie de votre épaule ? »

C’était facile de s’en souvenir car Chantal avait eu la bonne idée de tenir un carnet de bord, dès les débuts de ma maladie.

« Oui la biopsie de ma tumeur à été faite en juin 2010. »

L’oncologue de nouveau s’était tu, et à présent il gardait les yeux constamment fixé sur l’écran de son ordinateur, tout en faisant fonctionner la molette de sa souris.

Dans le cabinet régnait un silence monastique, je n’osais pas bouger d’un pouce de peur de le briser. Brusquement l’oncologue redressa la tête et m’adressa un regard souriant.

« Je suis en train de m’user les yeux. »

Je commençais à regretter d’avoir soulevé un lièvre, car finalement le diagnostique du radiologiste  me convenait parfaitement, pourquoi vouloir soudainement  en demander plus ! 

« Bon voilà ce que nous allons faire. Je vais vous faire passer un IRM, pour connaître exactement l’état de la tumeur. Suivant les résultats, je m’entretiendrai avec différents collègues pour confronter leurs opinions, et nous déciderons ensuite de la procédure à suivre. »

Les médecins disent aux malades ce qu’ils veulent entendre, et se plient le plus souvent à leurs volontés, par contre ils sont partie prenante quand ces malades font preuve de maturité en ne voulant pas demeurer dans l’ignorance. Du coup le combat du patient est aussi celui des médecins, et la lutte n’en devient que plus efficace. 

J’avais remué la boue, maintenant que nous naviguions dans les eaux troubles, il fallait assumer. D’un autre côté il était intéressant de se faire violence pour avancer dans les connaissances et le bilan précis de la maladie. Plutôt que de faire du sur place, il fallait faire preuve d’ambition, et se dire qu’en prenant l’initiative d’attaquer, je verrais peut-être un jour   définitivement le bout du tunnel.

Je sortais de son bureau avec en poche l’ordonnance de mon 17ème cycle de Sutent. Rendez-vous était fixé le 15 juin pour notre prochaine rencontre. N n’avait pas pu me préciser la date de mon examen d’IRM, mais je serai informé rapidement par téléphone.

Une femme poirotait patiemment dans la salle d’attente, et comme elle nous fixait du regard, j’eus l’impression qu’elle voulait nous dire quelque chose.

« Vous êtes monsieur et madame Gautier ? »

« Oui »

« Je suis l’ambulancière. »

Une journée aussi bien coordonnée avec des résultats aussi encourageants, il ne m’en fallait pas davantage pour voir la vie en rose.

A l’inverse de notre conductrice du début de l’après-midi, celle-ci était plutôt bavarde. Un panneau indicateur nous avait informé de la présence d’un bouchon dans la direction de Poitiers, aussi avait elle décidé de nous mener par des détours qu’elle connaissait parfaitement pour être née dans la région. En trois quart d’heure de route nous avions tout su de sa vie, son divorce, sa fille à la maison avec ses petits enfants, son gendre et ses rapports difficiles avec la société, rien ne nous avait été épargné. Ce n’était pas le patient qui avait besoin de vider son sac, mais c’était sa conductrice. Vivre la maladie engendre des situations qui dans un autre contexte n’aurait pas lieu d’être, vivre la maladie enrichie sans conteste les rapports que l’on peut avoir avec les autres. L’ambulancière avait compris à la teneur de notre conversation qu’elle pouvait compter sur des oreilles bienveillantes pour alléger le temps d’un parcours, le poids de ses soucis.

Le vendredi 4 mai j’étais avisé de la date de mon IRM et le lundi suivant j’avalais les trois premières gélules de mon nouveau cycle de chimio.

Une oreille bienveillante dans Cancer du rein Oreille-bienveillante-300x200



Laisser un commentaire

WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie