Escapade au temps des rois

Escapade au temps des rois dans Cancer du rein Avenue-des-Loges-300x225    Avenue-des-loges-no-2-300x182 dans Cancer du rein

 

 

 

 

 

 

 

 

Le week-end avait tenu toutes ses promesses, et pour cette dernière journée, il commençait à faire bien chaud. Nous étions maintenant assurés que le soleil ne nous ferait pas faux bon, et ce, jusqu’à notre retour au bercail.  

Atteindre nos véhicules ne demandait pas un effort surhumain, de plus la présence de nombreux arbres nous garantissait l’ombre qui nous avait tant manqué la veille dans la capitale.

Telle une escorte présidentielle, nous empruntâmes à la queue leu-leu la N184 et la D284 qui aussi bien l’une que l’autre commençaient à être encombrées par le trafic routier. Cependant sans difficulté particulière, atteindre la deuxième étape de notre visite n’avait été qu’une simple formalité.

L’avenue des Loges était immensément droite et immensément  longue. Elle était bordée de tilleuls soigneusement taillés en rideaux, parfaitement parallèles à la route, ce qui me permettait de découvrir de très loin l’entrée principale et la façade du château, mais aussi d’apprécier fortement une mise en valeur de l’ensemble, voulue par les mains expertes de l’homme.

Nous trouvâmes assez facilement de la place, allée des Carrières comme l’indiquait un panneau placée devant moi. Un autre panneau semblait être ignoré par les automobilistes, pourtant il informait de l’interdiction absolue de se garer à cet endroit. Des dizaines de voitures ayant déjà bravé la loi, nous grossîmes le rang des  français indisciplinés, en nous promettant de partager une éventuelle amende, si par malheur un oiseau de mauvais augure venait à passer par là.

portail-dentr%C3%A9e-st-germain-300x199

Nous franchîmes la grille d’entrée de la demeure royale, et je marquai un temps d’arrêt, ébahi comme un gamin devant le cadeau auquel il ne s’attendait pas. Largement aussi passionné de l’histoire de France, que Chantal ne l’est de la monarchie Britannique, je considérais ma présence en ce lieu comme un pèlerinage. J’admirais la beauté austère du monument, et comme je viens de l’exprimer précédemment, j’étais d’autant plus ravi d’être ici, que Saint Germain en Laye était le dernier endroit de la région que je pensais pouvoir visiter, lors de ce séjour.

Nous remontâmes  l’allée sur quelques dizaines de mètres avant de déboucher à droite sur la place du Général de Gaulle.

%C3%A9glise-de-saint-germain-300x199

En traversant la rue je fus curieux et intéressé de rentrer à l’intérieur de l’église de St Germain située en face du château. Elle possède un fronton triangulaire supporté par six colonnes lui donnant un style particulier dont je ne connaissais aucun exemple dans nos régions des Mauges et d’Anjou. J’aime la fraîcheur, l’odeur, le silence, la demi-obscurité, et parfois les résonances de ces édifices religieux. Ici comme dans tous les autres lieux de culte, je me sentais en sécurité, apaisé de toute pression, et je m’y trouvais également en communion profonde avec moi même.

Les autres membres de l’équipe avaient fini par me rejoindre dans ce havre de paix, tandis qu’avec ma manie habituelle, je prenais quelques photos, avant de ressortir vers notre civilisation bruyante et agitée du 21ème siècle.

Nous organisâmes notre circuit de manière à contourner le château dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Une immense banderole qui flottait au vent, et qui représentait un gaulois en tenu de guerrier,  m’apprit que l’édifice était désormais le musée des antiquités nationales. Je savais que nous n’aurions pas le temps d’y pénétrer, mais comme le dit l’expression populaire, il ne faut pas vouloir le beurre et l’argent du beurre, je m’étais donc fait à l’idée, que la visite des lieux ne se ferait pas.

Le peu que je pouvais découvrir de la ville, me faisait penser que nous étions dans une banlieue parisienne très huppée, l’architecture luxueuse, et fort bien entretenue en témoignait.

Notre balade nous emmenait dans la rue Thiers, ce qui me fit penser à ma fille qui habitait  un petit appartement dans une rue portant le même nom, dans la ville universitaire d’Angers, où elle était étudiante.  Très vite nos pas nous dirigèrent vers un accès au domaine national, opposé à l’entrée principale que nous avions emprunté lors de notre arrivée.

A présent nous avions carte blanche et le reste de temps dont nous disposions, pour écarquiller les yeux, et pour apprécier la beauté et la valeur historique du site. 

jardin-fleuri-st-germain

 



Laisser un commentaire

WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie