Toutes bonnes choses ont une fin

Toutes bonnes choses ont une fin dans Cancer du rein le-temps-des-au-revoir

 

Toutes bonnes choses ont une fin, l’heure était venue de prendre congés Élisabeth qui devait refaire notre itinéraire touristique de ce lundi en sens inverse, pour retrouver sa tranquillité, après ces trois jours passés en notre compagnie. L’organisation de ce séjour avait dû lui bouleverser ses habitudes, nul doute que notre départ allait représenter pour elle le temps d’un soir, un grand vide.

Il fallait également se séparer de Jean et Florence qui empruntaient la direction de Bourges, une région qu’ils connaissaient bien pour y être domiciliés depuis de nombreuses années, raisons professionnelles obliges.

Pour que perdure notre amitié d’enfance, nous avions pris l’habitude de nous réunir tous les ans, le temps d’un week-end. Celui qui venait de s’achever était le douzième de la série, et nous étions bien décidés à poursuivre cette sensationnelle initiative le plus longtemps possible. La date de notre prochaine rencontre était d’ors et déjà  fixé en mai de l’année prochaine

Les deux véhicules restants se suivaient à présent à distance régulière sur une autoroute très encombrée, prémices de la fin de ces mini vacances, pour des milliers de salariés.

En trois jours nous avions épuisé  presque tous les sujets de conversations, et la fatigue pesant lourdement sur les corps, c’était plutôt le silence qui dominait dans notre habitacle, hormis le ronron du moteur de la voiture, qui berçait mon semblant de sieste.

C’était tellement bon de pouvoir enfin déposer les armes, et de savourer ma victoire. Bien qu’il avait fallu mener une bataille difficile, (bataille dont l’issue avait été pendant toute la durée du dimanche plus qu’incertaine), me contraindre à appliquer à mon propre corps une discipline de fer, m’avait permis de conserver le contrôle de la situation jusqu’au bout du voyage. Le mental avait fait le reste. 

Une halte à mi parcours me confirma que les ballons étaient dégonflés, l’euphorie du départ était bel et bien à ranger dans le tiroir des souvenirs. Nous retournions dans la réalité de nos vies quotidiennes, et les batteries complètement à plat ne semblaient pas trouver l’énergie nécessaire pour se recharger.

J’appréciai néanmoins de boire à ma soif et de m’enfiler par gourmandise brioche et chocolat, la colère de mes intestins ne me donnait plus à craindre.

Alors que nous avions déjà bien entamé la deuxième partie de notre trajet, Jeannot et Florence nous informèrent brièvement par téléphone, qu’ils venaient de réintégrer leur domicile.

Le temps passait et il y avait un moment maintenant que nous grignotions mètre par mètre l’asphalte. La voix synthétique du GPS s’était tue, mais j’apercevais sur  la carte l’approche progressive de notre région. 

Éliane venait de nous faire savoir par message qu’un dessert confectionné par sa main nous attendait, en outre un Picon bière bien frais n’espérait plus que notre arrivée pour être servi. 

Notre ville était en vue, nous n’avions pas rencontré de difficultés majeures sur la route. L’intérieur de notre maison était frais grâce au maintien des volets semi-fermés, par contre l’extérieur était encore baigné par un soleil relativement mordant, nous déplaçâmes le salon de jardin dans un petit coin d’ombre. En deux temps trois mouvements nous fîmes nos comptes, tout en appréciant cet ultime instant de convivialité du week-end. La boucle était désormais bouclé, et sans hésiter nous pûmes nous targuer d’avoir réussi notre séjour.   

Au soir du retour de ce périple en région parisienne, je me couchai donc exténué, mais ravi d’avoir remporté le challenge. J’avais une autre raison de me réjouir, en effet le week-end suivant, j’escomptais bien pouvoir profiter de l’invitation qui nous avait été faite d’assister à une cérémonie de mariage. Je désirais donc retrouver au plus vite la forme et comme je n’avais rien d’impératif dans mon programme, je réservais les jours à venir pour me reposer convenablement, j’avais bon espoir ainsi de recouvrer au plus vite, un maximum de résistance.

picon-bi%C3%A8re dans Cancer du rein



Laisser un commentaire

WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie