Fin du calvaire

 

Fin du calvaire  dans Cancer du rein calvaire-2calvaire dans Cancer du rein

 

 

 

 

 

 

 

La porte qui donnait accès à la salle d’examen s’ouvrit, mettant fin à mon calvaire. L’homme me regarda droit dans les yeux, et commença à me parler, doucement et à voix basse, toujours avec le même accent.

« Bon j’ai comparé vos clichés, avec ceux pratiqués en juillet dernier, je ne retrouve plus l’aspérité dont nous connaissions tous l’existence. Par contre il ne faudra pas vous inquiéter, si un de ces jours vous ressentez des douleurs au bas du dos, j’ai remarqué un début d’arthrose. »

Je voulais être sûr que je n’avais pas rêvé.

« Donc les résultats sont bon ? »

« Ils sont même excellents. »

« Est-ce que je peux partir ? »

« Bien sûr monsieur, mais n’oubliez pas d’attendre un peu, que l’on vous donne votre dossier, la secrétaire est en train de taper le compte-rendu. »

L’homme avait tourné les talons, après m’avoir gratifié d’un sourire, et d’un hochement de tête.

Les examens ne se déroulaient pas toujours de manière identique, celui ci c’était plutôt bien passé, et dans un temps raisonnable, sans commune mesure avec les souvenirs que j’avais du précédent. Il n’empêche que mon corps n’était pas encore remis totalement de toutes ses émotions, et je tremblotais toujours un peu.

Chantal était aux aguets, elle avait vu la porte qui s’était refermée sur moi une demi-heure plus tôt, s’ouvrir de nouveau. Est-ce qu’à cet instant précis elle jaugeait les traits de mon visage pour se sentir rassuré, ou pour au contraire s’inquiéter. Je ne lui donnai pas le temps d’apporter les conclusions de son investigation. 

« Je n’aurais plus rien d’après le radiologiste ! »

Je n’avais pas sauté au plafond en apprenant la nouvelle, elle ne l’accueillait pas non plus par des manifestations de joie débordante. En fait j’avais surtout été soulagé de ne pas entendre le mot aggravation, le reste ne m’avait pas fait réagir à hauteur de l’enjeu, sans doute que mon subconscient refusais de le croire. 

« J’ai signé  tes feuilles de soins destinées à la sécurité sociale je pense. »

C’étaient les clones de ces fameux documents que j’avais eu mille misères à parapher en juillet, tellement je tremblais. Sûr que l’image du moment resterait bien ancrée dans ma mémoire, et pour un bon bout de temps.

Maintenant que je tenais bien serrée mon encombrante enveloppe bleue pâle entre les mains, nous pouvions poursuivre la route, jusqu’à notre seconde étape. Le ciel était toujours aussi gris, mais la pluie avait cessé de tomber. Je sentais l’humidité me pénétrer tout le corps. Mon kiné m’avait dit que humidité synonyme de douleur n’avait jamais été prouvé scientifiquement, mais moi je savais bien que lorsque j’avais chaud, mes muscles étaient beaucoup plus détendus, et pour l’heure ce n’était pas vraiment le cas. 

Nous n’avions qu’à nous féliciter d’avoir établi une feuille de route nette et précise. Sans la moindre erreur nous avions rallié le CAC de l’espoir en moins de dix minutes, ce qui nous donnait largement de temps pour déjeuner. Notre menu était plutôt frugal, un sandwich et une compote en tube, le tout ingurgité à l’intérieur de notre voiture,  à l’abri de la pluie qui recommençait à tomber. Nous fûmes néanmoins relativement rassasiés.  

La borne d’accès au téléchargement des CD était en service. Nous introduisîmes le disque que nous avait fourni la C A et visiblement le travail était en cours de réalisation. Pendant que Chantal s’occupait de transmettre les clichés numérisés de mon scanner au centre anticancéreux, je pris un ticket pour retrouver la file d’attente aux guichets d’enregistrements des arrivées de patients. Je ne fus pas long à la rejoindre, et nous pouvions désormais accéder aux escaliers pour atteindre la cafétéria, il nous restait en effet suffisamment de temps pour profiter d’une bonne boisson bien chaude. 

 

cafeteria

cafeteria-2



Laisser un commentaire

WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie