Importants désagréments

Importants désagréments dans Cancer du rein intestins-perturbes

intestins-perturbes-3 dans Cancer du rein

 

 

 

 

 

 

 

 

Outre mes potions médicamenteuses habituelles, l’Imodium allait pouvoir m’aider à surmonter l’épreuve de mes intestins perturbés, car rien n’était facile avec moi, je n’étais pas un handicapé en fauteuil roulant, mais mon handicap était quand même bien réel.

A cette heure matinale de novembre, il faisait encore noir lorsque la voiture s’engagea dans la rue. Nous connaissions notre itinéraire, sauf que nous n’allions pas au service imagerie médical, mais dans un autre endroit de la clinique, néanmoins nous étions relativement confiant de pouvoir trouver rapidement le service adéquat. 

La RN 249 était toujours encombrée, mais aux heures d’embauche encore plus que d’habitude. De l’autre côté des glissières de sécurité, les phares des voitures qui se suivaient à la queue leu leu, formaient deux traits de lumière, tandis que de notre côté le trafic était plus clairsemé et les camions composaient le gros de la troupe. Si je dépeins souvent l’ambiance qui règne autour et à l’extérieur de moi quand je suis sur la route, c’est parce que je me sens toujours mal à l’aise lorsque mes voyages en voiture dépassent les limites de mes petits trajets routiniers, et ma phobie des autres conducteurs se trouve alors exacerbée, d’autant plus quand la densité de la circulation dépasse la moyenne.

Au fur et à mesure que nous approchions de l’agglomération Nantaise, les automobilistes qui nous croisaient n’avaient plus rien à nous envier, et je sentais un ralentissement qui n’annonçait rien qui vaille. Nul doute que la porte du vignoble serait fidèle à sa réputation, et j’avais en tête le souvenir du jour où coincé dans les bouchons, nous avions été contraints de téléphoner à la caserne où nous conduisions notre fille pour sa journée du citoyen, afin de les avertir que nous allions être très en retard. 

Par chance nous ne subîmes pas de blocage, et très lentement nous prîmes une voix qui nous dirigeait vers le périphérique sud. De notre route parallèle au bouchon, j’apercevais la file ininterrompue des camions, autos et autre véhicules en tous genre qui attendaient de pouvoir franchir le pont de Bellevue, et j’affichais un sourire satisfait, à l’idée de m’éloigner de la cohue. Nous étions partis assez tôt pour ne pas risquer d’être en retard, aussi d’éviter ce point névralgique, ne pouvait que nous apporter un bonus supplémentaire.

Il y avait une autre raison pour laquelle j’aspirais à arriver le plus vite possible à destination, j’étais en effet en train de faire depuis un bon moment de la gymnastique avec mon sphincter anal, pour freiner l’exigence de plus en plus insistante de mes intestins.    

La circulation automobile jusqu’ici fluide semblait vouloir l’être de moins en moins, au fur et à mesure que nous approchions du pont de Cheviré. La situation devenait même tellement critique que nous allions probablement arriver en retard, malgré le soin que nous avions pris de partir très tôt. Vouloir lutter contre la nature n’était pas une partie de plaisir, et cette impression que j’avais de me sentir pris en otage au milieu de ces carcasses métalliques à moteur, ne faisait qu’amplifier la difficulté. 

Le gaspillage d’énergie, et la pollution que pouvaient engendrer ces encombrements de la vie moderne, n’étaient rien à côté des sommes de stress accumulés durant toutes ces heures d’attente, et je plaignais les populations qui subissaient le phénomène à longueur de journée. Pour ma part j’en avais déjà largement ma dose de sentir ma liberté entraver par un périphérique complètement saturé, malgré les nombreux travaux qui avaient été fait pour fluidifier le flot des véhicules.

Soudain, un petit peu comme le courant d’une rivière enfin libérée par la fonte des glaces, qui ralentissaient sa course, nous nous sommes remis à avancer un peu plus rapidement, et surtout beaucoup plus régulièrement, sans jamais plus nous arrêter, et ce jusqu’à notre destination finale.

Le franchissement de la Loire, sur l’impressionnant pont de Cheviré m’indiqua clairement que notre trajet touchait à sa fin. Dès que nous prîmes la direction de la porte M, un panneau indicateur nous guida jusqu’à l’entrée principale de la clinique. Par chance en pénétrant sur le parking de l’établissement médical, d’autres panneaux informaient le public des allées qu’il devait emprunter pour se rendre aux endroits où il avait à faire. Les places de stationnement libre étaient peu nombreuses, mais finalement comme je l’ai déjà écrit sur ce témoignage, à quelque chose malheur est bon. Ma position de malade incurable n’offrant pas que des désavantages, nous ne fûmes pas obligés de tourner en rond pendant cent sept ans avec la voiture, car nous eûmes l’opportunité de nous garer très rapidement sur un emplacement réservé aux handicapés.

Être toujours à l’écoute de son corps, tenter sans arrêt de le maîtriser, et faire beaucoup trop souvent la police, n’est pas choses aisées. Il fallait donc bien profiter de ces moments où il n’y avait rien qui clochait chez moi, car ils étaient plutôt rares, et ce lundi d’automne n’était donc qu’un mauvais jour parmi tant d’autres.

A force de serrer les fesses, mais intestins n’exerçaient plus de poussées au niveau du colon, mais j’étais fortement ballonné, et finalement pas plus à l’aise qu’avant. Et puis maintenant que je pouvais disposer de toilettes, afin de me libérer physiquement et psychologiquement,  j’en n’éprouvais plus le besoin. 

Tout ceci doit apparaître au lecteur comme un récit futile, et complètement dénué d’intérêt. Pourquoi donc porter cet incident à la connaissance des gens ! Parce que au-delà de l’anecdote qui peut amener à sourire, le problème, et s’en est un, concerne le quotidien de milliers de malades, qui eux ne prennent pas  la chose avec légèreté, mais qui la vivent plutôt comme un cauchemar, sans arrêt recommencé, leur pourrissant la vie bien plus encore que ce que vous pouvez vous imaginer.    

 

intestins-perturbes-2intestins-perturbes-1-300x90



WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie