Vents mauvais jamais ne faiblissent

 

 

 

Vents mauvais jamais ne faiblissent  dans Cancer du rein arbre-dhiver-1-300x150

arbre-dhiver dans Cancer du rein

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lorsque la pluie a remplacé le soleil

Ma vie s’est arrêtée

Lorsque mes pleurs ont remplacé mon sommeil

Ma vie s’est noyée

Lorsque la neige à remplacé la douceur

La mort s’est annoncée

Lorsque mes peurs ont remplacé mon bonheur

La mort s’est immiscée

Lorsque mon moral et devenu priorité

Ma renaissance s’est dessinée

Lorsque la bataille est devenue une nécessité

Ma renaissance s’est confirmée

Lorsque l’astre solaire a remplacé la pluie

Mes pleurs se sont taris

Lorsque le printemps a détrôné bonhomme hiver

Mon esprit s’est ouvert

Lorsque mes rires se sont moqués de mes ennuis

Mon âme s’est embellie.

 

                                               J Gautier 28 novembre 2012

 

La nature continuait à se débarrasser de ses habits d’apparat, avant de s’endormir définitivement jusqu’au prochain printemps. Dans les rues du centre ville, les employés municipaux s’affairaient à installer guirlandes et illuminations en tous genres pour embellir les fêtes. Doucement mais sûrement, nous nous acheminions donc vers la fin de l’année, tandis que mon 21ème cycle s’était terminé le dimanche 25 novembre. J’avais définitivement retenu la leçon du mois précédent, aussi avant de faire le moindre commentaire, j’avais attendu la fin du traitement, pour dresser un bilan définitif. Globalement je n’avais ni moins bien, ni mieux résisté aux différents effets secondaires. Deux jours un peu difficiles au point de vue digestif, m’avaient contraint lors des toutes dernières prises de gélules à faire une diète d’une durée identique, ce qui m’avait valu de perdre deux kilos. Amaigrissement bien modeste à côté des treize kilos que m’avaient coûté les trois opérations des débuts de ma maladie. Lors d’une visite dite intercurrente, chez mon généraliste, pour un renouvellement de médicaments selon les termes prescrits sans rapport avec l’affection de longue durée, mon interlocuteur m’avait même fait la remarque  que j’avais grossi depuis la dernière fois qu’il m’avait vu, c’’est à dire deux cycles de chimio plut tôt. Entre temps en fonction des effets indésirables plus ou moins sévères, mon poids avait fait le yoyo sur la balance, c’était bien d’ailleurs la raison pour laquelle il était important de consigner régulièrement ces variations de poids sur mon carnet de bord. Une chose était sûre, je n’étais pas encore au stade des compléments alimentaires, et s’il m’arrivait parfois de perdre l’appétit, c’était toujours pour un durée limitée, et je souhaitais vivement que les choses en restent là.

Pour l’heure alors qu’une très grande fraîcheur, prémices de l’hiver, était en train de s’installer, je débutais ce que j’appelais communément mes deux semaines de récréation. 

Les périodes de nuit sans sommeil semblaient vouloir s’installer pour une longue durée, et cela n’avait pas que des désavantages, car je m’étais remis à lire à un rythme effréné, alors que cette passion s’était sensiblement éteinte depuis quelques années. Une fois de plus délaissé par Morphée, ce jeudi 29 novembre, je m’étais levé bien avant l’aurore, afin de fermer la porte aux mauvaises pensées, en m’occupant donc l’esprit avec mes activités nocturnes  habituelles. J’avais essayé de me recoucher sans succès, et j’avais fini par capituler en me levant définitivement au moment où Chantal quittait la maison pour se rendre à son travail. Il n’était guère après huit heures, lorsque le téléphone retentit. En décrochant le combiné, je compris que les nouvelles  que je recevais régulièrement d’un cousin malade, seraient ici les dernières. Les vents mauvais n’avaient pas faibli, et comme prévu, à l’annonce d’un autre décès dans ma famille, mon ciel se couvrit d’un gros nuage noir.

 

vent-mauvais

vent-mauvais-1



WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie