L’interne de service et l’infirmière bis

 

L'interne de service et l'infirmière bis dans Cancer du rein stethoscopestethoscope-2 dans Cancer du rein

La femme m’examinait aussi soigneusement que l’aurait fait mon généralise, puis m’interrogea sur ma santé, et mes éventuelles allergies. J’ignorais peu de chose de moi, aussi les réponses furent rapides et précises.

« J’ai emporté dans mon sac, la photocopie des résultats de ma dernière prise de sang, ainsi que le double des mes ordonnances. »

« Voilà qui est parfait, et qui va nous rendre un bien grand service »

« Est-ce que je peux me mettre en pyjama. »

« Vous avez le droit de faire, ce que bon vous semble, monsieur Gautier. »

Ces visites à intervalles réguliers du personnel de l’hôpital, nous amena à l’heure du repas. Je sentais les odeurs de cuisine émanant du couloir, je n’avais pas spécialement faim, mais j’avais bien l’intention de faire honneur aux plats qui me seraient servis.

Mon voisin devait se réhabituer progressivement à la nourriture. L’enjeu était de taille vu la conversation que j’avais pu entendre dans l’après-midi, mais malgré les efforts qu’il accomplissait pour avaler ce qu’il mastiquait, la partie était loin d’être gagnée. Il mit une bonne heure à ingurgiter en quantité le quart de ce que j’avais été moi-même capable de manger en dix minutes. 

Entre temps mon plateau avait été desservi, et à présent l’infirmière que j’avais déjà rencontrée, pratiquait sur moi une prise de sang pour déterminer entre autres choses, mon temps de coagulation.

« Vous êtes déjà venu en séjour dans notre unité ? »

« Non jamais, c’est même la première fois que je mets les pieds au CHD de Nantes. »

« C’est curieux car votre visage et votre voix me disent quelque chose. »

Mon interlocutrice jeta un regard sur mes deux livres posés sur la table.

« Vous vous intéressez à l’histoire, moi aussi j’adore ça ! »

« Oui à la grande et à la petite histoire. Ici il s’agit de romans mais placés dans le contexte d’une époque avec des personnages qui ont réellement existé. »

« La petite histoire vous dîtes ? »

« Je fais des recherches généalogiques depuis une bonne quinzaine d’années, et j’ai pus remonter certaines branches familiales jusqu’en 1584. »

« Quelle belles satisfactions vous devez en tirer. »

« Oui celle entre autre de les sortir de l’oubli, et de leur redonner une identité. »

« Magnifique. »

« Nous partageons vraiment les mêmes passions, j’aimerais pouvoir faire la même chose, mais j’ai guère le temps. »

 « Et bien voilà pourquoi je pense vous avoir déjà vu quelque-part. Vous habitez Cholet ! »

« Exactement comme vous venez de le lire sur ma fiche. »

« Je n’arrive toujours pas savoir où je vous ai vu, mais maintenant c’est à peu près certain, mes parents habitent également à Cholet. »

« Peut-être avez-vous fréquenté les mêmes clubs sportifs, ou les mêmes écoles que mes enfants ! »

Malgré notre détermination à trouver où, quand, et comment nous aurions pu déjà nous rencontrer, nous ne parvînmes pas à une solution.

« Vous ne saviez pas la raison pour laquelle vous étiez là. »

« Si comme je vous l’ai déjà stipulé, au téléphone la secrétaire du docteur D, m’avait dit qu’il s’agissait d’une biopsie, mais lorsque vous m’avez parlé de radiofréquence, je n’ai plus su quoi penser. D’ailleurs l’interne qui est venu me voir tout à l’heure a fait mention d’une éventuelle cryothérapie en fonction du résultat de l’examen, mais la radiofréquence n’a pas du tout été citée.

« Dans sa lettre adressée au professeur D, la radiofréquence devait être l’une des deux possibilités évoquées par le docteur R pour traiter votre tumeur. Je n’ai lu de son courrier que les deux trois premières phrases sans poursuivre davantage, persuadé que vous alliez me donner les explications nécessaires. En parlant de radiofréquence je ne faisais que vous poser une question d’où la zizanie que j’ai du provoquer en vous. Milles excuses. »

« C’est moi, j’avais ma convocation dans mon sac, il aurait fallu simplement penser à le sortir, et nous aurions évité d’affoler les troupes. »

« Vous savez nous sommes ici dans un secteur particulier. Nous accueillons toutes sortes de pathologies avant de diriger les patients vers les services spécialisés. Nous dégageons également un certain nombre de lits pour répondre à des besoins ponctuels, comme c’est votre cas aujourd’hui, aussi le jour de leur arrivée, nous ne connaissons pas forcément le dossier des malades en détail. »

infirmiere-piqure-2

 infirmiere-piqure



Laisser un commentaire

WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie