Neige, bouchons, et coup de massue

 Neige, bouchons, et coup de massue  dans Cancer du rein bouchons-1

Un petit coup de klaxon m’avait averti qu’il était temps que je regagne notre voiture qui s’était déplacée d’une trentaine de mètres, je m’étais donc exécuté en évitant un peu honteux de regarder les occupants des véhicules que je longeais. En remontant auprès de mon accompagnatrice, je constatai immédiatement que ma tension était baissée d’un cran.

Par contre du côté du trafic, rien ne bougeait réellement, nous étions bien engagés sur la bretelle de sortie, mais les trois ronds points que nous devions franchir étaient saturés, ainsi que tout le reste des infrastructures routières.

Il était clair que le déneigement avait été efficace, mais l’accumulation des bouchons était tel qu’il fallait à présent patienter pour qu’ils se résorbent petit à petit. 

Comme je n’avais pas eu tout à fait le temps satisfaire à ses attentes, ma vessie me donnait de nouveaux signes d’avertissement, mais cette fois psychologiquement j’étais en mesure de dominer la situation car nous n’étions pas bien loin de notre destination finale. 

Les voix de circulation de l’enceinte du centre n’étaient pas aussi bien dégagées que celles que nous venions d’emprunter, il fallait donc faire doublement attention. Nous arrivions avec largement plus d’une heure de retard, et nous n’étions probablement pas les seuls. D’après les discours que nous pouvions entendre, les admissions se faisaient en ordre dispersé, quand les malades, voir même certains médecins, n’étaient pas carrément absents.

Mon passage au service des entrées ne souffrit pas d’un retard supplémentaire, et très vite nous nous retrouvâmes au 2ème étage où les salles d’attente et le couloir no 7 étaient déserts.

« Ah bonjour monsieur et madame Gautier, j’avais vu sur mon écran que vous étiez arrivés. »

N nous accueillait avec son joli sourire, entourant fermement son gobelet de café, avec ses deux mains pour les réchauffer.

« Oui mais avec pas mal de retard! »

« Ce n’est pas grave, vous auriez même pu annuler votre rendez-vous, nous l’aurions simplement reporté. Vous n’aviez pas de scanner ça n’aurait pas posé les problèmes que nous allons avoir avec les patients qui devaient passer des examens. D’ailleurs certains de nos médecins ne sont pas encore arrivés, et beaucoup de malades ont été moins courageux que vous. »

Cette dernière phrase confirmait ce que j’avais cru comprendre dans le hall d’accueil, bonhomme hiver avait semée une belle pagaille autour de lui.

« Vous pourrez rester dans le couloir, car ça va être à vous très vite. »

A l’instant même où nous quittâmes notre interlocutrice, la porte qui séparait le cabinet du médecin du bureau de sa secrétaire s’ouvrit, et le malade qui nous précédait nous remplaça auprès de N.

Il était inutile de sortir de notre sac, livre et mots fléchés pour s’occuper l’esprit, pourtant la période d’attente fut plus longue que prévu, et c’était sans doute la raison pour laquelle l’oncologue qui nous recevait connaissait parfaitement mon dossier. Il avait incontestablement pris le temps de l’étudier, car malgré mes huit années de lutte et mes innombrables examens, il semblait ne rien ignorer de mon parcours médical.

« Vous êtes ici pour renouveler votre traitement au Sutent, c’est bien ça ? »

« Oui ! »

L’homme qui remplaçait le docteur R, était jeune, sans doute occupait-il son premier poste de récent diplômé. On le sentait soucieux de bien faire les choses, il ne se contentait pas de me faire confiance, aussi prenait-il soin de m’examiner pour constater la véracité de chacun de mes commentaires.

« D’après les différents rapports du docteur R j’ai noté que vous supportiez plutôt bien le médicament, à part des ennuis intestinaux ? »

« Oui mes intestins ont toujours été pour moi une source d’ennuis, bien avant même que je me soigne pour mon cancer du rein. »

« Globalement pendant ce cycle comment vous êtes vous senti ? »

 « Plutôt bien, pas de grosses fatigues, mon cœur n’a pas trop souvent jouer le trouble fête, et mes intestins n’ont pas réagi de manière excessive. Je n’ai passé aucune journée contraint et forcé de rester au lit ou dans un fauteuil. »

« Je vois que le docteur R vous prescrit des bains de bouche, à base de bicarbonate de sodium. Vous avez des problèmes de ce côté-là ? »

« Oui périodiquement, surtout quand je suis fatigué, c’est-à-dire plutôt dans la 3ème ou la 4ème semaine du cycle de traitement. »

« Et en ce moment ? »

« Ça va très bien. »

« Ouvrez votre bouche ! »

J’avais la cavité buccale très saine, il constata donc que je n’avais pas menti, il n’approfondit pas davantage son contrôle.

Le dégout alimentaire, ainsi que les odeurs de cuisine qui me donnaient la nausée dans les premiers mois de la chimiothérapie, s’étaient très largement atténués. Durant cette période relativement difficile j’avais perdu beaucoup de poids, mais désormais j’avais rattrapé les kilos en moins, il fallait même à présent que je fasse attention à ne pas grossir davantage « Enlevez vos chaussures et monter sur la balance s’il vous plait. »

L’affichage à cristaux de l’appareil indiquait 89 kilos, en retirant 1 kilo de vêtements, j’étais à peu près d’accord avec ce que le médecin allait noter sur son dossier. Il ne me fit aucun commentaire sur le fait que mon poids ait repris lentement mais sûrement sa progression. 

« Bon nous avons reçu le compte-rendu du laboratoire d’analyse via le professeur D, de votre biopsie pratiqué mi décembre. »

Je n’avais jamais été stressé par l’incertitude et la peur des résultats, puisque dans mon esprit cette tumeur était cancéreuse. Non, j’étais plutôt impatient de savoir si mon séjour au CHD nantais allait être utile à quelque chose, car une intervention par cryothérapie dépendait de la nature exacte des cellules que l’on m’avait prélevées. En fait de cellules malades le médecin était en train de m’annoncer l’inimaginable, et je recevais la nouvelle comme quand on reçoit un coup de massue sur la tête.  

bouchons-2 dans Cancer du rein



WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie