Les gravats de la réalité

grava

Aujourd’hui est le plus beau jour de notre vie, car hier n’existe plus et demain ne se lèvera peut-être jamais.

Le passé nous étouffe dans les regrets et les remords, le futur nous berce d’illusions.

Apprécions le soleil qui se lève, réjouissons nous de le voir se coucher.

Arrêtons de dire « il est trop tôt » ou « il est trop tard » ; le bonheur est là : il est l’instant présent.

 

Un homme se tenait derrière le comptoir d’accueil. Remarquant mon pas hésitant, il s’adressa à moi en me demandant s’il pouvait m’être utile à quelque-chose. Je lui répondis que j’avais rendez pour une séance de drainages lymphatiques, avec une dame dont je n’avais malheureusement pas retenu le nom. Il me fit un geste pour me signifier que ce n’était pas bien grave, puis il m’invita à aller m’asseoir dans la salle d’attente

« Vous serez appelé en temps utile ! »  

Ma patience ne fut pas mise à rude épreuve, car moins de cinq minutes plus tard, j’avais franchi la salle de massage occupée par la kinésithérapeute, avec laquelle j’avais un rendez-vous.

J’avais face à moi un joli petit brin de femme dotée de cheveux longs bouclés, et noirs comme de l’ébène. Son visage empreint de douceur et son large sourire m’invitaient à me sentir à mon aise en sa compagnie. Seul bémol, la communication n’était pas facile, car elle me parlait avec un fort accent, et malgré mes prothèses auditives, mes oreilles avaient du mal à déchiffrer le sens de certains mots.

Le cancer est une maladie agressive physiquement et mentalement, mais les différentes opérations chirurgicales, et les traitements ou examens associatifs effectués pour la soigner, ne le sont pas moins.  

Cette fois j’avais pour la première fois la nette impression que l’on était en train de faire du bien à mon corps meurtri. Ma ‘’ bienfaitrice ‘’ réalisait des impulsions circulaires lentes et régulières sur ma peau de chaque côté du haut de ma colonne vertébrale, et variait parfois la pression de ses doigts sans doute pour augmenter l’efficacité de ses gestes.

Lorsque le destin vous a enseveli sous l’important tas de gravats d’une triste réalité, il est important de chercher par tous les moyens d’apercevoir malgré tout un petit rayon de lumière, et l’instant que je vivais en ce premier avril n’était pas un poisson, il était sans conteste ce fameux petit rayon de lumière qui m’aiderait à retrouver de l’énergie pour continuer mon chemin.    

L’oncologue avait prescrit quinze séances, et malgré le côté contraignant de ces nombreux rendez-vous, j’avais hâte de renouveler l’expérience. Je quittai les lieux un peu groggy mais pleinement contient de ne pas avoir perdu mon temps.

Le premier mai alors que je me rendais régulièrement au centre de kinésithérapie, Chantal me retira le dernier pansement qui couvrait la plaie engendrée par l’éclatement de mon abcès sur mon côté gauche, plaie à présent refermée après avoir été surveillée et soignée pendant presque trois mois par des infirmières à domicile.

Nous pensions que l’épisode péritonite déclenché le 29 décembre 2015 s’achevait avec cette dernière intervention, l’avenir allait nous apprendre que non.

Comme je l’ai déjà mentionné à mainte reprise, mon corps était complètement déformé par les multiples interventions chirurgicales, j’espérais que cette énorme enflent qui ne faisait qu’aggraver les choses allaient disparaître, mais Chantal s’inquiétait de voir une nouvelle étendue violacée apparaître autour de la cicatrice.

Comme à l’habitude je me voulais optimisme et je suppliais de tous mes vœux je ne sais quelle force supérieure de me donner raison, mais devant l’inquiétude omniprésente de Chantal, au fil des jours je commençais à douter, d’autant que cette vilaine déformation de flan gauche me gênait fermement à la marche particulièrement lorsque je portais un pantalon serré.  

Il nous restait que quelques jours avant d’appréhender un diagnostic que ne manquerait pas de nous formuler mon oncologue, lors de notre prochain rendez-vous fixé au 25 mai. En attendant il fallait continuer à vivre le plus naturellement possible, ce n’était pas la première fois que la maladie nous confrontait à un obstacle plus ou moins difficile à surmonter.   



WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie