La capacité de rebondir suite

rebondddi

 

Expédié en ce lundi 3 octobre 2016 comme on lance une bouteille à la mer, je pus lire toujours sur ce même forum, le message suivant.

« Je suis  asiatique mais mon père vit dans notre pays d’origine. Il est actuellement très malade, mais je ne sais pas comment me procurer du Néxavar, je n’ai pas trouvé la solution sur internet. Je voudrais acheter ce produit, mais je ne sais ni où, ni dans quelles conditions ! » 

Je ne voulais pas faire preuve de lâcheté, mais j’espérais quand même que d’autres malades se manifesteraient avant moi, face à ses interrogations.     

Quelques jours plus tard, notant aucune réaction de qui que ce soit sur le site, je me décidai de lui répondre en faisant preuve, autant se faire que peut de diplomatie, en raison de l’embarras de la situation.

« Néxavar est un produit pharmaceutique excessivement cher, il est dans tous les cas prescrit avec des conditions précises par un spécialiste du cancer. (Oncologue) En France il est pris en charge par la Sécurité Sociale, je ne connais pas les dispositions gouvernementales étrangères.
IL est fort peu probable de trouver ce produit en libre circulation, encore moins sur le net, donc attention aux arnaques ! »
J’avais parlé de produit onéreux sans en dévoiler le montant (3262 euros la boîte d’un mois de traitement), car même s’il arrivait à se procurer une ordonnance auprès de son pays d’origine, je savais mon interlocuteur bloqué dans une impasse, celle du financement à long terme du produit.

Quelques jours plus tard il me remercia pour mes explications et mes mises en garde, je ne lui avais pas  précisé que le médicament se trouvait en pharmacie, car pour moi ça coulait de source. Je pensais plutôt qu’il cherchait à obtenir Néxavar par une voie détournée, dans le but évident de l’acquérir à moindre coût. Il m’annonça donc que l’officine de son quartier disposait de ce traitement comme si c’était pour lui une découverte. 

« J’ai trouvé une pharmacie à Paris pour acheter Néxavar. On m’a demandé de présenter une ordonnance, j’ai donc fait le nécessaire auprès de ma famille pour en acquérir une. Je sais le prix de cette thérapie est élevé, (le savait-il à quel point ?) mais je dois tout tenter pour sauver mon père.
Je vous remercie beaucoup de votre aide et votre réponse. »

A moins de dépenser toutes ses économies, et sans doute une très bonne partie de son salaire, je ne voyais pas par quel miracle il allait pouvoir porter à bout de bras, le poids des dépenses engendrées par  les soins de longues durées dont son père avait expressément besoin.

Je trouvais le contexte autant injuste que cruel, essayons d’imaginer qu’en France on assiste à la mort lente de ses parents simplement par le manque de moyen pécuniaire de la famille, l’état et la solidarité nationale faisant totalement défaut.

L’idée me fait froid dans le dos et pourtant le cas de cet asiatique n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan d’injustices constatées à chaque seconde que Dieu fait sur cette planète. 

En France tout le monde semble trouver normal de profiter d’un système qui va bien au-delà du privilège, concernant les habitants d’autres pays, au mieux on n’image même pas qu’ils puissent être dans la merde jusqu’au cou, au pire on s’en fou comme de sa première chemise ! 

Depuis lors je n’ai plus reçu de nouvelles de mon interlocuteur, mais je reste très pessimiste quant à l’issue de ces démarches, en espérant dans le meilleur des cas que l’ordonnance dont il doit refaire la demande tous les deux mois, soit autorisée dans l’hexagone, et il n’y a rien de moins aléatoire.    

 

Ma bonne étoile était comme l’Arlésienne, je voulais y croire, mais elle ne se manifestait jamais. Nous avions une nouvelle fois abandonné le projet d’un petit voyage dans l’est de la France, car je passais une période de fatigue intense comme j’en avais malheureusement trop souvent l’habitude. Dans ce contexte, l’idée de quitter quelques jours mon domicile et de perdre ainsi une grande partie de mes repères me paniquaient sans doute au-delà de la démesure, mais c’était ainsi et pas autrement, en effet en dépit de mes meilleures volontés, je ne me sentais pas maître de mes mouvements. L’organisme est parfois en souffrance extrême, il sait dans ces moment-là vous l’exprimer, aussi faut-il savoir l’écouter, au risque d’être confronté rapidement aux pires ennuis.

Ce manque d’énergie me clouait la plupart du temps dans un fauteuil, mais j’avais appris à dédaigner l’ennui en pratiquant à défaut de la marche, une certaine forme de gymnastique d’esprit.

Le mois de novembre s’affichait au calendrier, bientôt nous allions ‘’fêter’’  les un an de mon dernier séjour à l’hôpital. L’image de cette violente averse de pluie qui avait caractérisé l’après-midi du lundi 11 janvier 2016, restait profondément gravée dans ma tête, comme si ce jour de retour à mon domicile avait eu lieu la veille.

Le vendredi 4 novembre j’avais rendez-vous avec ma prothésiste auditif, nous en étions à notre 6ème rencontre depuis que l’O.R.L m’avait convaincu, peu de temps après mes séances de radiothérapie des cervicales, de la nécessité de me faire appareiller.  

En France nous bénéficions d’une assurance santé avantageuse, même si on doit mettre la main au portefeuille. Dans le cas particuliers des longues affections, Il est vrai que grâce au système de solidarité que nous connaissons,  les gens en bonne santé paient une grande partie des soins apportés à ceux qui sont malades. Ces efforts pécuniaires leur font grincer parfois un peu les dents, mais qu’ils gardent à l’esprit qu’un jour ils seront peut-être confrontés eux aussi à l’épreuve de la maladie, à choisir j’aimerais être de leur côté.

D’ailleurs il n’est pas tout à fait exact de penser que les ALD (c’est comme ça qu’on surnomme entre autres le cancer), ne contribuent jamais aux financements de leur pathologie et de ses conséquences.

Pour bénéficier des bienfaits d’une prothèse auditive par exemple, il m’a fallu débourser après avoir eu la chance de recevoir différentes aides financières, la somme de 900 euros sur un total de 3000 euros, être malentendant n’est sûrement pas une partie de plaisir, surtout lorsque cet affection est ressentie comme une triple peine.

 

 

 



Laisser un commentaire

WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie