Le chemin de la destinée

 images

 

Le succès, c’est d’avoir ce que vous désirez; le bonheur, c’est d’aimer ce que vous avez.

H. Jackson Brown

Il y a deux façons de faire face aux difficultés : soit on les transforme, soit on se transforme en les affrontant.

P. Boltome

Nul ne peut atteindre l’aube sans passer par le chemin de la nuit. 

Khalil Gibran

 

Mon épée de Damoclès trônait invulnérablement au-dessus de ma tête. Elle m’enseignait toutes les minutes que Dieu fait, la fragilité de la vie, et me rappelait également constamment la chance qui était la mienne de pouvoir contempler encore le ciel, malgré toutes ces années de batailles. Je n’étais certes pas indifférent à cet état de fait, mais j’avais appris à m’en accommoder à défaut du reste.

Pourtant lorsqu’il s’agissait de prendre la direction de Nantes, afin d’y passer un examen, la perspective de résultats déprimants désarçonnait mon fragile équilibre façonné au cours des ans, dès lors, je ne voyageais guère l’esprit tranquille.

Cette fois il en était rien, je partais le cœur léger aux antipodes de ce que je connaissais dans de trop nombreuses circonstances.

Le trajet était routinier, et le ronron du moteur me berçait dans un demi-sommeil apaisant. L’heure de mon rendez-vous nous permit de suivre le périphérique sans trop de difficultés, mais nous savions que le retour ne serait pas de même.

Le CAC de l’espoir débordait d’activité, les parkings archicombles en témoignaient. Nous réussîmes à trouver une place sur la nouvelle aire de stationnement aménagée en contre-bas des bâtiments.

La température extérieure était un peu fraîche, mais rien de bien anormal pour la saison. J’atteignis l’accès  au hall d’accueil, essoufflé d’avoir parcouru les 150 mètres d’allées pentues qui nous en séparaient.  

L’entrée disposait d’un sas dont les deux portes automatiques s’ouvraient quasiment en même temps, avec l’inconvénient majeur de laisser le temps au froid de s’engouffrer à l’intérieur des bâtiments. Cette fois la direction du CAC de l’espoir semblait avoir retenu la leçon des hivers précédents, où des centaines d’euros dépensés en gaspillage d’énergie n’avaient pas permis de réchauffer convenablement les lieux. A présent la porte intérieure nous retenait dans le sas, jusqu’à ce que la porte extérieure soit totalement refermée. En l’absence de courants d’air, nous ressentîmes immédiatement à l’intérieur du hall cette chaleur qui faisait si cruellement défaut les années antérieures, particulièrement au personnel y travaillant.

Nous étions légèrement en avance, mais après les procédures habituelles d’admission, nous décidâmes de rejoindre sans plus tarder le second étage.

Les belles lumières d’ambiance qui existaient dans les salles d’attente, lorsque nous avions investi quelques années auparavant ce nouveau lieu, n’existaient plus. Là encore il me sembla que la politique de la direction tendait vers une maîtrise des dépenses.

Je n’avais apporté ni livre ni mots fléchés, je préférai patienter sereinement que mon tour arrive. 

L’oncologue avait beaucoup de retard, mais nous en avions l’habitude, certains patients nécessitaient beaucoup plus d’attention que d’autres, et j’étais bien placé pour le comprendre.

Il y avait peu de temps que N nous avait invités à nous assoir à proximité du cabinet du médecin, lorsque nous entendîmes la porte s’ouvrir et vîmes apparaître R avec sa bonne humeur coutumière.

Il était l’un des très rares médecins à s’excuser de son retard. Il me posa ensuite les questions rituelles. Je n’avais pas subi tous ces différents protocoles sans y laisser quelques plumes, mais globalement j’avais de la chance de pouvoir supporter les effets secondaires des chimiothérapies sans que ces traitements ne deviennent plus nocifs que bénéfiques pour ma santé. Il me restait de gros progrès à faire cependant, notamment dans l’acceptation des changements opérés sur mon aspect physique, mais de ce côté-là l’oncologue ne pouvait pas m’apporter son aide.

Hormis mes essoufflements, je n’avais pas eu de trop gros problèmes depuis notre dernière rencontre, il en fut avisé. Contrairement à ce que nous avions décidé, je lui parlai donc de mes essoufflements en minimisant la chose, et en lui précisant que j’avis consulté déjà le généraliste, avec à présent des examens en cours.  

Il tapota sur son écran et constata que ma prise de sang ne lui donnait aucune de raison de ne pas continuer mes prises régulières de Votrient, il m’en fit la remarque et me proposa donc de ne pas changer de protocole.

Cette fois il n’était plus question de différer un nouvel examen au scanner, il saisit son grand calendrier pour fixer une date, puis se ravisa. Je crus comprendre qu’en raison d’un changement d’organisation, il ne pouvait pas dans l’immédiat me fixer sur mon sort.

Muni de nos deux ordonnances habituelles nous pénétrâmes dans le bureau de N, et il chargea sa secrétaire de faire en sorte de clarifier la situation. Il prit ensuite congé de nous.

« Vous recevrez une convocation par le poste dans le courant de la semaine, je fais le nécessaire auprès des services. »

Après deux ou trois petits échanges courtois, nous remerciâmes N de son accueil, puis nous quittâmes les lieux sans nous retourner.

A l’heure de sortie des usines et des bureaux, nous n’échappâmes pas au traditionnel bouchon de la ‘’ Porte des Vignobles ‘’, mais avec un peu de patience, nous rentrâmes ensuite tranquillement chez nous.

Dès la fin de la soirée, les laboratoires qui avaient pris en charge mon analyse (Protéines – Marqueurs Sériques) pour détecter d’éventuelles anomalies cardiaques, nous indiqua par internet les résultats de ses recherches. De ce côté-là, il n’y avait pas matière à s’inquiéter, restait quand même cette radiographie des poumons qui n’allait certainement pas être au moment voulu, une partie de plaisir. La convocation que nous allions recevoir des CAC de l’espoir ne ferait pas partie non plus des lettres que j’aime recevoir, mais je n’avais pas d’autres alternatives que de me plier aux exigences tracées par mon destin. 



Laisser un commentaire

WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie