Le manque de veine

index

Les différentes pathologies liées ou non à mon cancer s’enchainaient les unes après les autres, à un rythme soutenu. Lorsqu’un cas était résolu, un autre cas apparaissait, compliquant un peu plus ma vie de malade.

Si dans les premières années de mon affection j’avais trouvé, via mes balades journalières en campagne, la thérapie idéale pour résister aux assauts répétés du malin, au fil des ans ma volonté de combattre rencontrait des obstacles de taille, l’usure de mon corps mettait en effet à mal une énergie devenue de plus en plus difficile à puiser au fond de moi.  

Je n’avais pas encore résolu le mystère de cette fatigue devenue intense, qu’il fallait songer au prochain combat, et c’est au cours d’une réunion familiale que la guerre fut déclarée.

En position assise une très grande partie de la journée, j’avais constaté le soir venu que ma jambe droite était particulièrement gonflée de la cheville jusqu’au mollet. N’importe qu’elle personne habituellement bien portante aurait été alertée par cette anomalie, mais moi j’avais pris l’habitude de vivre avec mes tares qui étaient nombreuses, et comme je l’ai déjà écrit, se renouvelaient régulièrement.

Banaliser les différentes manifestations peu catholiques de mon corps me mettait en danger, j’en n’avais pas conscience, et je ne suis pas à ce jour encore convaincu qu’il soit nécessaire de s’alerter à tout bout de champ.

Un regard différent est nécessaire parfois pour changer la donne. Le lendemain matin ma jambe étant toujours très enflées, Chantal décida contre mon gré d’appeler le médecin.

J’étais convaincu de l’inutilité de ce déplacement, mais si c’était pour la rassurer, je l’acceptai sinon de bonne grâce, du moins sans trop rechigner.  

Nous avions rendez-vous de très tôt en ce début d’après-midi, aussi la salle d’attente n’espérait que nous. J’eus le temps de feuilleté un magazine avant que le médecin nous invite à le rejoindre dans son cabinet.

« Si nous sommes ici, ce n’est pas grâce à moi ! »

J’avais toujours la hantise de venir en consultation pour faire perdre son temps au praticien, et cette fois encore c’était le cas.

« Je sais Joël vous n’aimez guère me voir, mais on va savoir très vite si Chantal avait raison de s’inquiéter ! »

Comme d’habitude il s’adressait à elle avant de s’adresser à moi, car il préférait entendre sa version des faits, plutôt que la mienne, sans doute jugeait-il trop optimiste ma façon de concevoir les choses.

J’étais à présent allongé sur la table d’examen, et il commença son inspection.

Ma jambe bourrée d’œdème, portait quelques traces de rougeurs au niveau de la cheville et au niveau de la pliure du genou. Je ne peux pas dire que je souffrais, simplement je grimaçais quand il fallait monter ou descendre des escaliers, mais rien qu’il pût réellement me sortir de cette espèce de forme de déni dans laquelle je me complaisais depuis pas mal de temps.

Pour le praticien il n’y avait pas de doute à avoir, il dialoguait avec Chantal, mais comme sa diction était rapide, je ne saisissais pas la totalité de la conversation, cependant au final je compris l’essentiel, il fallait me rendre au plus vite chez un angiologue.  

Le mollet n’était pas dur sans doute n’avions nous à faire qu’à une para-phlébite comportant moins de risque d’embolie qu’une thrombose veineuses profondes.  

Ainsi donc notre après-midi de ce lundi 25 septembre était sur le point d’être bien occupée, et comme nous n’étions pas des plus originaux, c’était encore avec les blouses blanches que nous allions passer le plus clair de notre temps.

De nouveau à notre domicile, il ne nous resta plus qu’à attendre un appel téléphonique de la clinique pour nous signaler l’heure à laquelle nous allions devoir nous rendre dans leur service d’angiologie.

Fallait-il en rire, fallait-il en pleurer ? Quelque fut l’option, je n’avais pas le choix, si je souhaitais ne pas mettre encore plus longtemps ma vie en jeu.  

 



Laisser un commentaire

WEIGHT WATCHERS ET BIG MAMA... |
Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lamaladiedalzheimer
| Info Sante 76
| Vivre sa vie